Filles de la croix

Canada Retournez voir toutes les régions

Milliers de Kilomètres
Jan 29, 2020

Lorsque je regarde par la fenêtre, le vent souffle quelques flocons de neige des branches de pin, et le ciel gris et nuageux de l'hiver me fait frissonner malgré la chaleur de mon salon.  Si je ferme les yeux, je peux presque sentir la chaleur du soleil de midi et entendre les plaisanteries des amis alors que nous nous retrouvons sous les maisons en bambou, que nous nous reposons et que nous plaisantons ensemble, comme lorsque je vivais encore en Thaïlande.  Je suis revenu en Amérique du Nord depuis près de 10 mois maintenant, et pourtant ces souvenirs sont toujours aussi frais et chers que si ce n'était que le mois dernier. 

Alors que je me repose un dimanche après-midi paresseux, j'entends le ping d'un message entrant sur mon téléphone.  D'après le son, j'en déduis qu'il s'agit d'un message provenant d'amis à l'autre bout du monde qui m'écrivent pour m'envoyer une information ou simplement pour me parler de leur amitié et me dire que je leur manque, tout comme ils me manquent. 

 En passant dix ans en Thaïlande, dont huit avec les Karen dans les villages de montagne à la frontière nord-ouest du Myanmar, j'ai noué de nombreuses amitiés qui perdurent encore aujourd'hui.  Je passe deux à trois heures par semaine à répondre à des messages et à essayer de trouver des nouvelles et intéressantes façons de répondre avec mon modeste vocabulaire thaïlandais.  Malgré mes limites et mes retards occasionnels, les messages continuent d'arriver et le volume est surprenant.

       

Il y a trois ans, un internat a été ouvert pour aider les élèves de villages éloignés à terminer leurs études secondaires et les Filles de la Croix ont été chargées de le gérer avec les Pères MEP.  Diriger un centre de 20 adolescents, il faut être vigilant et les règles ont souvent dû être répétées, et il est arrivé que des décisions soient prises qui étaient décidément impopulaires auprès des enfants et qui en ont bouleversé plusieurs.  Imaginez alors ma surprise de voir comment certains des élèves les plus fougueux restent en contact, non seulement avec des platitudes faciles et souvent répétées, mais aussi en posant des questions et en communiquant des informations personnelles.  Les nouvelles technologies et les moyens de communication modernes ont permis de rester plus facilement en contact, d'entretenir des relations à distance, malgré les kilomètres et les fuseaux horaires.  Je suis intéressé par les choix que ces enfants font pour leur avenir et j'essaie de les écouter avec une attitude ouverte et sans jugement, tout en essayant de les amener à élargir leurs horizons et à penser au-delà de l'avenir immédiat et des limites traditionnelles.  J'écoute et j'essaie d'entendre au-delà de leurs paroles, tout en essayant toujours de rester une influence positive, en ne perturbant pas les autres voix autour d'eux.

Ce n'est pas seulement avec les enfants que je reste en contact, mais aussi avec d'autres amis que je me suis fait dans différents villages.  Je suis parfois surpris par les personnes qui me contactent, notamment un moine bouddhiste qui, au départ, cherchait à obtenir des conseils médicaux pour un ami chez qui on avait diagnostiqué ce qui semble être une tumeur cérébrale.  J'ai honte d'admettre que je ne me souviens pas de ce monsieur, ni ne reconnais sa photo publiée sur les médias sociaux. Je ne pouvais cependant pas ignorer sa demande, et même après avoir admis que j'étais trop loin et que je n'étais pas qualifié pour donner des conseils médicaux, j'ai essayé de l'encourager et d'écouter ses préoccupations.  Plusieurs mois plus tard, nous discutons toujours régulièrement et la semaine dernière, j'ai entendu dire que son ami allait mieux.  Souvent, je ne peux faire qu'écouter et promettre de prier pour mes amis, leurs préoccupations et les membres de leur famille, mais c'est ma façon d'être présente et d'essayer d'être une présence de compassion à la manière du Christ.  Je ne peux plus être en mission en Thaïlande, mais je peux toujours être une présence aimante pour ces gens qui comptent encore beaucoup pour moi. 

John Green écrit : "Je n'aime pas l'expression "amis d'Internet", car elle implique que les personnes que vous connaissez en ligne ne sont pas vraiment vos amis, que d'une certaine manière l'amitié est moins réelle ou significative pour vous parce qu'elle se produit par le biais de Skype ou de messages texte. La mesure d'une amitié n'est pas sa matérialité mais sa signification".  Si la messagerie textuelle peut être considérée comme un divertissement et un jeu par certains, l'internet et les sites de messagerie sociale nous offrent également une nouvelle façon d'être présent aux gens, d'entretenir des relations à distance.  Lorsque l'on est prudent et attentif, cela peut être une nouvelle façon de poursuivre notre mission de révéler l'amour de Dieu pour chacun de ses enfants, une nouvelle façon d'enseigner et de guérir... une nouvelle façon d'aimer.

 

Vous êtes à des milliers de kilomètres,
mais vous êtes si proche de mon cœur que cela n'a pas d'importance.

Témoignage / Reconnaissance / Envoie
Jan 29, 2020

En une semaine, j’ai eu l’occasion de vivre la force de ma vocation à trois moments différents. C’est une chance encore une fois pour démontrer que Dieu continue à nous appeler à être des signes vivants dans le monde d’aujourd’hui !

Témoignage

 Lors d’une fin de semaine de discernement, Diane et moi avons été invitées à aller accompagner des jeunes adultes lors d’une « Marche d’Emmaüs ». Mais avant, j’ai eu la joie de témoigner de ma vocation. Voici quelques points que j’ai partagés :

  • Ce n’est pas moi qui ai choisi ma vocation mais Dieu qui m’a choisie… J’ai eu la joie de partager avec les participants comment, lors de mes premiers vœux, Dieu m’a donné un signe. C’était une journée ennuagée et au moment où je me suis mise à genoux devant l’autel pour un moment de prière, un rayon de soleil est passé par le puits de lumière de la chapelle et s’est posé sur moi. C’était un signe pour moi et pour les gens qui étaient là que Dieu me voulait vraiment à Lui !

Ma vocation me permet de grandir tous les jours car plus je passe du temps avec mon Père qui m’a aimé le premier : plus je me découvre…, plus je m’empresse à devenir de plus en plus à l’image de Jésus.

  • À la question « quelles beauté et bonté, je trouve dans ma vocation ? », je n’ai pas hésité à dire : « La beauté de Dieu dans tout ce qui m’entoure et la grande miséricorde du Dieu amour ! » J’ai aussi partagé que notre Dieu à un sens de l’humour, puisque quand je suis entrée en communauté, j’avais dit que je ne voulais pas être ni garde-malade, ni enseignante. Et voilà, qu’aujourd’hui, il n’y pas plus grande joie que d’accompagner les malades, les souffrants, les mourants. Et, je passe mon temps à découvrir les merveilles d’être enseignante auprès des petits, des ados et des adultes.
  • J’ai terminé mon témoignage en disant aux participants : « de vivre dans la vérité car Dieu nous a créés dans son image, de prendre le temps de découvrir cette image et de rester fidèle à cette image ainsi que de vivre un jour à la fois et ancrés dans la foi, l’espérance et l’amour.

Reconnaissance

Le lendemain, nous étions invités à Saint Claude pour une célébration commémorative des défunts – la communauté voulait souligner la présence de notre Sœur Éliane Lagassé parmi les défunts. Ce fut un temps de prière pour se réjouir d’avoir connu l’amour partagé par ceux et celles qui nous ont quittés. La célébration était simple mais elle nous a montré comment notre présence dans cette communauté paroissiale a été reconnue et est forte et l’est encore aujourd’hui. Après la célébration, les gens nous ont parlé de leur souvenir de Sr Éliane mais aussi des autres Filles de la Croix qui ont vécu avec eux. Ils nous ont soulignés leur joie d’avoir Sr Cécile Aimé parmi eux et leur reconnaissance qu’on puisse prendre le temps de revenir chez eux pour des temps forts.

Envoie

Quelques jours plus tard, nous avons eu la rencontre de Mgr Le Gatt avec les communautés religieuses. Malgré plusieurs têtes blanches dans le groupe, nous avons senti une vie, une force et un engagement à vivre notre vocation jusqu’au bout… C’est le chant final qui résume bien que Dieu continue de nous appeler nous religieuses parmi son peuple en marche.

« We Are Called » - Nous sommes appelés à vivre dans la lumière, à briller de la joie et de l'amour du Seigneur... à agir avec justice... à aimer tendrement... à nous servir les uns les autres... à marcher humblement avec Dieu. Être espérance pour les désespérés ; faire miséricorde à ceux qui ont peur ; marcher comme des sœurs et des frères unis dans l'Amour. Voilà notre appel !

 Pour écouter le chant « We Are Called » - cliquer ici.

Sr Marie H. Moquin, fdlc (11 – 14 janvier, 2020)

 

Soirée de reconnaissance pour Sr Marie
Dec 7, 2019

Le 16 novembre 2019, il y eut une soirée de reconnaissance, préparée par le comité de catéchèse et des membres de la paroisse de Saint Eugène et la Chapellenie de Cœur Immaculé de Marie. Il y avait environ cent-vingt personnes venues me dire merci pour les 13 années d'enseignement de catéchèse à l'École Christine-Lespérance. Quand on me demandait combien d'enfants j'avais (on ne savait pas que j'étais religieuse) – je répondrais environ 350... « Ah! Vous êtes enseignante! » Mais, pour moi, c'était plus que d'être enseignante, c'était à la suite de Jésus, faire connaître son Père à qui j'avais donné toute ma vie. C'était d'avoir l'occasion de partager l'amour miséricordieux du Père à toutes les personnes que je rencontrais – professeurs, personnel, parents et surtout les enfants, sans exceptions. Alors, quelle joie quand on m'a invitée à une soirée de reconnaissance et de voir des fruits de ma présence dans la vie des gens que je garde toujours dans mon cœur et mes prières.
J'aimerais partager avec vous un petit mot écrit par une jeune au nom de sa famille. « Merci, Sœur Marie! Tu es toujours souriante et une vraie amie de Jésus. Merci d'avoir partagé tes histoires avec nous. Avec toi la catéchèse était toujours spéciale. »

La présidente du comité de catéchèse a partagé ces quelques mots : « Sœur Marie connaissait bien nos enfants et elle les aimait, tous et chacun, même les tannants! Elle a accueilli tous les petits, qu'ils soient à la catéchèse ou non. Son sourire, sa voix douce, son approche humaine témoignent de l'amour de Dieu et nous rappelle que nous sommes tous d'une même famille, égaux aux yeux de Dieu. Elle a su appuyer nos familles occupées ou dans le besoin, à grandir dans la foi. Nous ne saurons assez te remercier, Sœur Marie. »

« Un grand merci à Sœur Marie pour ses années de service comme catéchète à l'École Christine-Lespérance. Que Dieu te bénisse! » Voilà, ce qui est apparu sur le Facebook de la paroisse. En le voyant, c'est moi qui leur dis un grand merci de m'avoir donné l'occasion de partager mon amour et mes connaissances de Jésus Christ avec eux.

Merci au Père d'Amour qui m'a choisie et invitée à dire « oui » à le suivre sur les traces de son Fils, comme Fille de la Croix. Merci à l'Esprit Saint de m'avoir si souvent éclairée avec des bonnes paroles et des bons gestes. Merci aux parents de m'avoir confié leurs enfants! Merci à mes sœurs, ma famille et mes ami(e)s de m'avoir encouragée pendant ces années d'enseignement. Et surtout merci aux enfants, qui sont devenus « mes enfants » que je continue à garder très proches dans mon cœur et dans mes prières.
Gloire à Dieu le Père, Gloire à Dieu le Fils, et Gloire à Dieu, Esprit Saint!

Sr Marie H. Moquin, fdlc

La sainteté et la dignité de la vie humaine
Nov 25, 2019

Michel MacDonaldJ'ai eu l'occasion de suivre une journée d'étude diocésaine au sujet du caractère sacré de la vie avec Michel MacDonald. Pendant la conférence, plusieurs images me sont venues – de mon expérience personnelle avec les souffrants, des fondateurs et de notre monde souffrant. J'ai décidé de vous partager quelques idées et convictions que je porte en lien avec la sainteté, la dignité de la vie humaine et le mystère de la souffrance.

« Exprimant ce qui est au cœur de sa mission rédemptrice, Jésus dit: « Je suis venu pour qu'ils aient la vie et qu'ils l'aient en abondance » (Jn 10, 10). En vérité, il veut parler de la vie « nouvelle » et « éternelle » qui est la communion avec le Père, à laquelle tout homme est appelé par grâce dans le Fils, par l'action de l'Esprit sanctificateur. C'est précisément dans cette « vie » que les aspects et les moments de la vie de l'homme acquièrent tous, leur pleine signification. » (No.1 – Lettre Encyclique -Evangelium Vitae)

 Dès la conception de la vie jusqu'au passage à la vie nouvelle et éternelle avec le Père nous sommes en communion profonde avec le Père, le Fils, et l'Esprit Saint. Mais, sommes-nous toujours conscients de cette vie que Jésus nous donne, de cet Amour du Père qui nous habite continuellement et de la lumière de l'Esprit Saint qui guide nos pas ? Comme dit l'auteur Léon Bloy - "La seule vraie tristesse, le seul échec, la seule grande tragédie de la vie, c'est de ne pas devenir un saint."

Je pensais à Sainte Jeanne-Élisabeth Bichier des Âges qui disait : « Je prends au sérieux l'engagement de mon Baptême ! » Elle avait compris que dans sa vie, elle devait vivre comme « prêtre » en invitant toute personne à entrer dans la communion avec le Père miséricordieux ; comme « roi » qui regarde le monde et l'être humain avec dignité et qui se met au service de l'humanité, en commençant avec les plus pauvres et les plus petits; comme « prophète » dans son témoignage de vie qui fut guidée par l'Esprit.

Michel nous disait que « Nous avons besoin de penser avec notre esprit, notre cœur et nos mains - pour vivre notre foi, pour vivre ce en quoi nous croyons. » C'est tout notre être qui doit rayonner la joie d'être enfant de Dieu, d'être des témoins vivants dans un monde en si grand besoin d'espérance, de lumière, et de paix.

Dans un deuxième temps Michel nous a parlé de la mort et du mystère de la souffrance. « Nous avons besoin d'être attachés à la Croix de Jésus pour que notre foi soit plus forte... » Je pensais à Ste Jeanne-Élisabeth sur la table d'opération qui refuse l'anesthésie et qui dit « Que l'on me laisse seulement mon crucifix, il me suffira. » (p. 73 – Une Sainte au Quotidien de Madeline Guillebault)

St André-Hubert écrivait à Sr Saint-François (123) « Courage ! Vous êtes dans le chemin étroit qui conduit au Ciel ! Vous êtes clouée à la croix avec votre divin Époux. (...) Oh ! que vous devez avoir de courage à souffrir pour et avec celui qui est mort et ressuscité pour vous. Rendez-lui de bon cœur souffrance pour souffrance, vie pour vie. (...) Ne craignez rien, il prend soin de vous. Que votre dernier soupir soit un soupir d'amour pour N.S. Jésus et sa croix et vous goûterez que la mort au service de Jésus vaut mieux que la vie au service du monde. C'est vivre que de mourir avec Jésus, et pour Jésus. (...) Laissez-vous donc conduire par ce divin Esprit. Il vous (fera) comprendre cette maxime du saint Évangile : « Bienheureux ceux qui souffrent », parce que leurs souffrances seront changées en plaisirs, s'ils sont soumis et patients. » (p. 287 – Lettres et Écrits (tome 1) de Saint André-Hubert Fournet)

Croix de la Maison Ste CroixQuand nous vivons unis au Père, au Fils et à l'Esprit Saint, nous n'avons pas à avoir peur de souffrir, ni de la mort car la mort ne peut pas gagner. Jésus a vaincu la mort, il est ressuscité et par sa mort il nous a montré que la mort et la souffrance ne peuvent pas toucher une âme donnée à Dieu. Le Christ a gagné, il nous promet la vie nouvelle et éternelle si nous croyons en Lui... Il nous montre que la mort est un simple passage de notre vie terrestre à une vie nouvelle et éternelle où on y retrouve que de la paix, de la joie, et de l'amour.

La souffrance reste un mystère, un mystère qui est difficile à vivre sans la foi et difficile à vivre si notre foi n'est pas enracinée dans l'amour miséricordieux et inconditionnelle d'un Dieu qui est le Dieu des vivants !

Suite à cette présentation je suis restée avec l'invitation d'être un phare qui fait briller la lumière de Dieu autour de moi. Je suis Fille de la Croix – je suis Fille de la Croix de la résurrection. Que le Seigneur m'aide à toujours faire briller ma foi, enracinée dans la Trinité dans un monde qui trop souvent vit dans la noirceur et la mort !

Mon séjour à Rome
Oct 18, 2019

Soeurs en prière à RomaCet été, j’ai eu la joie de me retrouver dans la communauté des sœurs à la maison régionale de Rome, pour une réunion du comité de communication. J’ai beaucoup apprécié ce temps avec mes sœurs.

En arrivant, je retrouve les sœurs qui célèbrent l’anniversaire de notre Sœur Anita qui fête 101 ans. Elle est encore remplie de joie de vivre. J’aime beaucoup me retrouver avec mes sœurs : des femmes spirituelles, fortes, qui vivent leur engagement jusqu'au bout.

La maison est une vraie maison de prière. Comme les résidents de la maison de retraite qui viennent près de la porte de la chapelle pour écouter, je suis émerveillée d’entendre chanter mes sœurs.      

Notre maison régionale se retrouve entre deux résidences de personnes âgées : la Villa Maria Laura sur un côté et la Villa Attilia sur l’autre. Quelle belle mission ! Une présence religieuse qui accompagne les résidents et leurs familles, ainsi que le personnel qui travaille dans la maison. Une situation qui rayonne la bonté, la joie et le goût de vivre !

Un petit mot sur notre rencontre de CICOM. Le comité a eu la chance de se retrouver ensemble pour chercher comment améliorer la communication interne pour assurer que toutes les sœurs reçoivent les nouvelles. Une grande partie de notre rencontre fut consacré comment améliorer notre site web pour répandre notre charisme autour de nous et faire de ce site, un moyen d’évangélisation.

Nous avons une nouvelle page FaceBook (https://www.facebook.com/fillesdela.croix.7) que vous pouvez aller visiter dès maintenant et un nouveau site arrive bientôt.

Merci à ma communauté pour leur bel accueil. A la prochaine !

Équipe de CICOM

 

 

Fête de la Bonne Sœur et de nos Sœurs Jubilaires
Sep 18, 2019

Nos soeurs jubilaires Gilberte et LucilleLe 26 août, les Sœurs de la Région du Canada se retrouvent pour célébrer notre fondatrice et en même temps célébrer les 60 ans de vie religieuse de nos deux sœurs, Gilberte Carrière et Lucille Courcelles.

Une très belle célébration eucharistique avec la communauté de la Villa Aulneau, résidence de la majorité de nos sœurs, ouvre la fête. Après un temps de partage autour de nos sœurs jubilaires, nous prenons le repas ensemble.

Une amie de la communauté vient nous demander la permission de prendre une photo d'un si beau groupe. Je réalise que cela fait longtemps que nous ne nous sommes pas retrouvées toutes ensemble. Sauf pour nos trois sœurs dans des résidences spécialisées, nous sommes les sœurs de la région au complet.
En fin d'après-midi, nous nous retrouvons pour des vêpres spéciales et en soirée, Sœur Marie nous présente une vidéo préparée par Amaia sur la vie de la Bonne Sœur. Excellent ! Nous avons aussi visionné une vidéo mise sur Facebook par Emmanuelle ainsi que quelques photos de la profession de Marie-Noëlle. Joie de communier aux événements de la grande famille des Filles de la Croix !

Soeurs région canadienne

« Élisabeth, Sainte fille de Dieu, donne-nous ton grand cœur, donne-nous ton esprit. » Que notre sainte fondatrice nous aide à être de plus en plus, des femmes qui « prennent au sérieux l'engagement de leur baptême. »

 

 

 

 

De retour au Canada
Oct 29, 2014

Une prière d'action de grâce

Le groupe du Canada a vécu cette soirée d'action de grâce dans le contexte social canadien qui a chaque année une journée nationale d'action de grâce !

Notre action de grâce cette année est cette belle rencontre à La Puye avec tous les amis des Filles de la Croix !

Nous remercions Saint André Hubert et Sainte Jeanne Élisabeth pour avoir répondu à l'appel du Seigneur en fondant la congrégation des Filles de la Croix. C'est avec amour et dévouement qu'ils ont accepté de consacrer leur vie au service des pauvres, des malades et des enfants démunis.

Aujourd'hui, au nom des amis laïcs des Filles de la Croix, nous les remercions de nous avoir réunis ensemble cet été à La Puye pour nous faire revivre notre Baptême et nous lancer l'invitation d'être au service de l'Église et de ceux en besoin.

Seigneur, bénis les Filles de la Croix et donne-leur la force nécessaire pour continuer leurs oeuvres à travers le monde. Bénis ce repas qui nous rassemble, et aide-nous à partager ton grand amour ainsi que les richesses que nous avons en abondance, avec ceux qui souffrent d'un manque d'amour et ceux qui ont faim.

                                                                                      Amen !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une congrégation commence...
Aug 21, 2007

Pour nous, Filles de la Croix, Molante est un commencement. C'est le commencement de notre Famille Religieuse.

Cinq jeunes femmes : Élisabeth, Madeleine, Véronique, Anne et Marie-Anne s'engagent à vivre 
dans la prière, le service des petites et des pauvres... Le 2 février 1807, elles prononcent leur premiers voeux de pauvreté, d'obéissance, de chasteté...
Une congrégation commence.

Aujourd'hui comme hier...

Le Christ de l'Eucharistie est au centre de notre vie :

  • sous le signe du Pain rompu et à partager,
  • dans la Parole et la Prière,
  • dans le geste fraternel,
  • dans la vie des gens rencontrés, des pauvres, des malades.

La vie de prière est la source de Vie :

  • elle nous unit au Christ pour "adorer en Lui, par Lui et avec Lui, la très Sainte Trinité." (André-Hubert)
  • elle nous recrée, nous transforme, nous unit au peuple de Dieu et nous envoie aux plus démunis.

Les voeux prononcés ensemble :

  • nous consacrent au Seigneur,
  • nous lient les unes aux autres, en obéissance et en pauvreté, dans la recherche ensemble de la volonté du Père.

Une expérience spirituelle commune nous apprend à devenir soeurs, à bâtir la communauté :

  • dans la foi au Christ qui a donné sa vie pour tous et toutes,
  • dans le partage de ce qui fait la vie au quotidien,
  • dans l'amour et l'humble service des frères et des soeurs aux visages si variés.

Nos Soeurs de Molante ont dû inventer une vie religieuse pour leur temps.
C'est aussi notre défi.

(Session animé par Sr Rose-Marie Lambert, Sr Marie H. Moquin et Sr Evelyn Pierret)