1

Colloque :

 

…Un rassemblement de personnes qui parlent, qui écoutent, qui questionnent,

                           sur un thème donné,

                           avec des approches différentes, opposées ou complémentaires, de façon à traiter ce thème de la façon la plus complète possible et produire un document qui fait date, qui est une base d'études à venir, une référence : les Actes du Colloque, largement publiés, déposés dans des bibliothèques spécialisées, des archives.

 

 

Il y avait plus de 400 inscrits : 200 laïcs, 42 prêtres autour de l'évêque, 58 religieuses  d'autres congrégations, 85 Filles de la Croix…

7 intervenants : chercheurs, professeurs : 3 prêtres, 1 religieuse, 3 laïcs mariés ou célibataires.

Dans une salle mise à notre disposition par la mairie ( y compris la sono)

Décor : le tableau peint du vivant du Bon Père. ( histoire du peintre caché derrière le paravent)

Un public très attentif; grand silence dans la salle. Quelques questions après les interventions, en fonction du temps  également  imparti à chacun. Sr. Nicole Pascal assurait l'animation, les présentations, les prises de parole.

Les gens écoutaient, apprenaient, recevaient, … une certaine communion.

 

 

  • cette manifestation a eu lieu ailleurs qu'à La Puye… nous, Filles de la Croix, nous avons été " décentrées" : presque sur la place publique, on nous parle du Bon Père… première fois dans l'histoire. Nous faisons partie d'un public comme les autres. Ce n'est plus quelqu'un qui vient nous parler, mais nous sortons, nous allons vers ceux qui ont quelque chose à nous dire de notre fondateur,
  • décentrées, parce qu'avant tout il est prêtre diocésain, pasteur dans une paroisse ( les paroissiens de Maillé sont là aussi…). Le Bon Père est situé au milieu des siens, ceux dont il a toujours eu le souci, dont il a été le formateur, pour qui il s'est engagé dans une époque troublée, difficile.
    • Peut-être avons-nous ainsi "rendu" André-Hubert Fournet à son diocèse. Peut-être l'avions-nous trop gardé, enfermé, otage… à La Puye.

 

 

C'est la personne tout entière du Bon Père qui nous a été présentée et pas seulement le fondateur, le Saint dont on nous parle dans les homélies le jour de sa fête… pour nous faire plaisir ou parce que c'est la tradition. !

 

Le Père André nous a été présenté comme :

 

Un homme de terrain : proche des gens et de plus en plus proche des gens simples, des pauvres.

 

                                               Un prêtre novateur en matière de liturgie : il traduit les textes de la messe en français pour que les fidèles puissent les dire en même temps que lui. En matière de pastorale aussi : il fait appel à des laïcs pour prendre en charge un secteur, il fait appel à des jeunes femmes et leur confie des tâches importantes dans une période où tout a basculé. "enseigner et guérir"… quand il n'y a plus de modèles, de critères, il faut tout inventer, oser, avoir de l'audace… en cela André-Hubert est bien dans l'actualité.

                                                Un pasteur dans l'Eglise universelle : cette Eglise qui va vers les autres, vers les analphabètes de Dieu  cf. homélie de Mgr.Rouet.

 

Au fond c'est bien cela la sainteté : Pierre Vivante de l'Eglise, André-Hubert n'est pas un point final à notre histoire de congrégation. Il est étonnamment présent, actuel, porteur d'un dynamisme pour aujourd'hui, dans les engagements apostoliques et pastoraux. Présent par le charisme donné, reçu et vécu en Eglise.

 

                                               Un baptisé pour qui la personne du Christ est au Centre. …est le Centre. A travers tout ce qui a été dit, même à propos des livres du Père André, c'est Jésus, le Christ, le Fils du Père, uni au Père dans l'Esprit, livré au Père par Amour.

Nous comprenons mieux pourquoi le Bon Père a voulu que pour nous, Filles de la Croix, le Centre, le Modèle le Tout soit le Cœur du Christ… et ainsi  Mgr Rouet peut terminer son homélie en disant :" le seul désir qui vaille, celui d'aimer."

 

 

 

En conclusion, et à titre tout à fait personnel,  à propos du Colloque :

 

 

  • Une journée très importante : jamais dans la Congrégation on n'avait eu ce genre d'apport, cette qualité de recherche et de communication. Nous avions des biographies successives, chacune dans une optique donnée, celle de l'auteur.

 

  • Nous avons un trésor pour aller plus loin, y compris dans notre appartenance à ce corps Congrégation que nous connaissons mieux dans le désir du fondateur.

 

 

  • Nous avons instauré un autre rapport avec le diocèse de Poitiers.

 

  • Nous avons entendu et reçu une incitation à l'audace évangélique, au service de l'Eglise qui va vers les autres.

 

 

  • Nous avons reçu, à travers toutes les communications, un message d'André-Hubert…

…" si vous êtes là, c'est pour former en vous le Christ, pour l'imiter"…

 

 

Agnès Gasol, samedi 14 décembre 2002, Réunion Inter-Communautaire

  

 

 

 

 

 

Agnès Gasol, samedi 14 décembre 2002, Réunion Inter-Communautaire