1

André-Hubert FOURNET, Curé de Saint-Pierre de Maillé.

Jacques MARCADE, professeur honoraire de l'Université de Poitiers.

 

 

André-Hubert Fournet en tant que curé de paroisse… L’article nécrologique figurant dans l’Ordo de 1835 le présente ainsi : «  Prêtre digne d’être proposé en modèle à tous les prêtres, par son humilité profonde, son oraison fervente et continuelle, son zèle vraiment apostolique,  son amour de père pour les pauvres ». Pourtant, les premiers temps de son séjour à Maillé ne sauraient justifier cet éloge ; c’était un bon prêtre, comme il y en avait beaucoup sous l’Ancien Régime, mais ce n’était pas encore un saint prêtre. C’est la rencontre avec un pauvre qui allait transformer le desservant, fort consciencieux mais encore proche du monde, de son monde d’origine, en serviteur des pauvres, «  … après s’être fait pauvre lui-même et avoir quitté tous ses biens pour servir librement Jésus Christ ».

Fournet de Thoiré, fier de ses talents de cavalier, l’archiprêtre d’Angles-sur l’Anglin, qui recevait fastueusement ses confrères, dès 1785 allait devenir pour ses paroissiens le

«  Bon Père ».

Après la crise révolutionnaire qui l’avait momentanément éloigné, le «  Bon Père » devait les retrouver, dans la clandestinité en 1797, puis officiellement dans le cadre de l’Église concordataire.

 

Nous ne connaissons pas les premières réactions de A.-H. Fournet devant les prémisses de la Révolution. Avait-il accueilli favorablement les premières mesures comme nombre de ses confrères poitevins ? Nous ne saurions le dire mais une chose est sûre c’est que d’emblée il s’est opposé à la prestation du serment exigé au sujet de la Constitution civile du clergé. Le roi avait ratifié le décret le 26 décembre 1790 ; or dès le 31 janvier 1791, A.-H. Fournet ne figure plus dans la liste des prêtres considérés comme fonctionnaires salariés, ce qui nous prouve que, dès cette date, il était considéré comme réfractaire. Notons que cela ne l’empêchait pas de continuer le service paroissial, faute de remplaçant.

 

La paix religieuse étant revenue en 1799, A.-H. Fournet avait repris son travail pastoral au grand jour, se déplaçant même à cheval, ce petit cheval espagnol qu’il avait ramené. Aussi, figure-t-il dans un tableau du clergé sous la rubrique curé de Maillé, avec comme appréciation « du zèle, de la piété, mœurs excellentes ». Il était donc sur place, au milieu de ses ouailles quand l’Église allait être réorganisée dans le cadre du Concordat.

 

 

C’est volontairement que cette communication a porté uniquement sur un des aspects de la vie, si riche, de saint André-Hubert Fournet.

Cela peut sembler étonnant au moment où l’institut de Filles de la Croix fête le deux cent cinquantième anniversaire de la naissance de son fondateur. Mais l’aspect que j’ai évoqué n’est pas un des moindres de ses mérites. C’est d’ailleurs le curé de village qui a, aussi, été honoré le 10 juillet 1910 ; aussi, pour terminer, je reprendrai les phrases prononcées à cette occasion par Benoît XV : « Néanmoins, il y a, croyons-nous, une catégorie de personnes que le décret d’aujourd’hui doit intéresser tout particulièrement : ce sont les curés qui, à bien plus juste titre que tous les autres ecclésiastiques peuvent dire : André-Hubert Fournet fut des nôtres ».

André-Hubert FOURNET
Curé de Saint-Pierre de Maillé

Document complet de Jacques MARCADÉ