1

Enseigner et Guérir

La vie religieuse apostolique est, à la fois et d'un même mouvement, une vie toute entière consacrée à Dieu et une vie toute entière donnée aux autres. Elle est unifiée par la mission accueillie et mise en œuvre.

 

Le charisme se manifeste, s'exprime à travers la spiritualité de la congrégation.

Glorifier Dieu, mais en même temps, servir les petits et les pauvres, sans nous fermer à personne, dans une attitude intérieure de désinstallation. Vie unifiée chez la Bonne Sœur à cause de Jésus Christ : " Dieu vous appelle au combat". "J'en bénis le ciel, puisque soigner et instruire les pauvres c'est imiter le maître-même." Le charisme nous appelle à la simplicité du cœur, à une vie simple qui convient bien avec la spiritualité christocentrique, évangélique, trinitaire de l'Institut.

Notre charisme est clairement défini dès l’ouverture de nos constitutions : « Représenter »   la vie de Notre Seigneur et la simplicité de son Évangile, dans le sens de « rendre présents », actualiser, donner à nos vies un goût d’Évangile, que nos gestes et paroles parlent de Celui que nous suivons. Un défi qui nous concerne toutes.

« Pour imiter le Maître-même » comme l’exprimait Sr Elisabeth, nous avons à nous imprégner, jour après jour, de sa Parole, de son esprit.

 Regardons ce Maître-Serviteur : Enseigner et guérir étaient les activités principales durant sa vie publique. Par la prédication, il annonce le règne de Dieu et par les guérisons, il montre que le royaume est proche, il est même là.  « C’est pour cela que je suis sorti ».

 

La force de l’envoi en mission   

 Dès le début de sa vie publique, Jésus a voulu associer ses disciples à sa mission d’enseigner et guérir. Ils ne peuvent vivre cette mission d’itinérance, de dépouillement que parce qu’ils sont portés par l’expérience transformante vécue avec Jésus, la force que leur donne un envoi à refaire ses gestes et dire sa parole.

 Au moment où, professionnellement peu de sœurs enseignent ou soignent, il est bon de regarder les multiples façons par lesquelles à tout âge, en toute situation, une sœur apporte une parole qui éclaire, qui témoigne du Royaume, un geste qui réconforte dans la souffrance, la tristesse, la solitude…

Qui n’a vu de ces sœurs en HEPAD par exemple complètement dépendantes qui ont un véritable  rayonnement qui questionne employés et résidents ?  Ou cette sœur en plein rural qui visite malades et personnes âgées et dont on dit : « Là où elle passe, elle apporte la paix. »  Combien de personnes qui ont besoin d’être écoutées, de jeunes qui ne trouvent aucun sens à leur vie, d’enfants décrochant dans le milieu scolaire à qui il faut une aide, de prisonniers à qui donner des cours par correspondance…

« Le message évangélique que nous accueillons,
nous avons à le transmettre d’abord par ce que nous sommes.
dans la simplicité de nos vies,
nous témoignons de la joie de vivre avec Dieu.
Dans le service qui nous est demandé, dans l’inactivité ou la maladie,
nous avons à découvrir jour après jour,
notre propre mission de la Bonne Nouvelle. » E. V. 69.

 

Entre pour prier, sors pour aimer.

 L’inscription que Sr Maria Laura avait affichée à l’entrée de l’oratoire de sa communauté « Entre pour prier, sors pour aimer », donne une idée de la force qui a animé toute sa vie apostolique. Pourquoi ne pas la faire nôtre ?

 Évangélisation, nouvelle évangélisation, implication dans le développement durable, engagements professionnels ou non,  sont autant de domaines ou enseignantes et soignantes nous le serons jusqu'au bout, sans oublier que le plus grand service que nous puissions rendre à nos contemporains c’est de les ouvrir à l’intériorité.

  

L’intériorité : lieu et objet de « enseigner et guérir » aujourd’hui.

 Saurons-nous offrir des lieux de silence, de beauté, où la personne va revenir à ce qui est sa beauté originelle de créature aimée par Dieu ?

Saurons-nous offrir des lieux d’expression où les paroles deviendront la PAROLE ?

Nous avons des atouts majeurs, inspirés de notre charisme : notre vie simple, la dimension fraternelle, l’esprit de famille, ces expressions que les laïcs nous reflètent souvent et souhaitent partager avec nous.

Saurons-nous aider ceux qui deviennent proches à trouver le chemin du calme, du cœur, de l’équilibre, du don, chemin bordé d’épines mais chemin de vie parce qu’il y a un bon Berger !

« Apprenez-nous à prier, à faire silence »  avons-nous entendu… dans ces riches temps de rencontre, de partage,  où, peut-être, enseigner et guérir ne font qu’un.

 A nous de bâtir, d’inventer, de créer, à tout âge, en quelque lieu que ce soit….  Enseigner et guérir, c’est imiter le Maître, c’est notre charisme encore aujourd'hui.