Filles de la croix
  1. « Représenter la vie de notre Seigneur Jésus Christ et la simplicité de son Évangile »
  2. « Le message prophétique que portent les lieux fondateurs »
  3.  Eucharistie
  4. C’est le Christ…de la crèche, de la croix et de l’autel que vous servez
  5. Les traits humains de Saint André-Hubert et Sainte Jeanne-Élisabeth
  6. « La dimension trinitaire dans la congrégation des Filles de la Croix »

 

« Représenter la vie de notre Seigneur Jésus Christ et la simplicité de son Évangile »

La Simplicité

La simplicité est aboutissement du chemin. On va à l’essentiel, on parle d’œuvres de maturité ou de vieillesse qui apparaissent plus simples.
« Il semble que la perfection soit atteinte non quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à retrancher » Antoine de St Exupéry
Aujourd’hui, la société est de plus en plus complexe (ex. ordinateur, voiture, économie…) Cette complexité conditionne une perte de contrôle, d’où l’appel à la simplicité ! Nostalgie du passé : « avant c’était mieux et plus simple ! »
La simplicité a donc la vertu de repousser les complexités inutiles ou opacifiantes. Mais, attention, une recherche abusive de la simplicité et de la fatalité conduit à l’appauvrissement du monde. Il ne faut pas séparer le « trop simple » et le « trop compliqué ». Le simple n’est pas supérieur au compliqué. Ils vivent ensemble.
Dans la foi, il y a un mystère à accepter.

Père Bertrand Chevallier

Document au complet

(Retour)

 

* * * * * * * * * * * * *

 Couverture du Document

 LIEUX FONDATEURS de la CONGRÉGATION


« Le message prophétique que portent les lieux fondateurs »
Entre anamnèse et épiclèse pour la gloire du Père

Jean-Paul Russeil

...  Pour André-Hubert, le ministère pastoral, c’est la science du dépouillement. C’est le
chemin qu’il a parcouru pendant son existence. Au terme de sa vie, nous en recueillons le
fruit. Il n’est pas un riche qui donne au pauvre, il s’est fait pauvre lui-même jusqu’à donner
sans compter. Les biographes rapportent comment il donne tout, jusqu’à ses propres chemises.
Il s’est laissé façonner par la parole initiale de ce pauvre dont nous ne savons rien, pas même
le nom. Ce pauvre contribue à le faire naître à sa véritable existence, c’est-à-dire à sa vocation
profonde et à son ministère pastoral. Ainsi, la vraie richesse ne consiste pas dans
l’accumulation des biens, mais dans une vie en Alliance d’humanité, dans une solidarité
d’humanité, dans la reconnaissance d’une fraternité humaine. Pour saint Paul, nous sommes
« tous membres les uns des autres, chacun pour sa part » (Rm 12, 5). La vraie justice – au sens
biblique du mot – c’est l’ajustement à Dieu et l’ajustement aux frères en humanité. C’est ce
que nous voyons en actes dans la vie d’André-Hubert.   ...

 Document au complet

(Retour)

 

* * * * * * * * * * * * *

 

Eucharistie

"Ce n’est plus dans une crèche que le Sauveur veut naître , mais sur l’autel et dans votre coeur !"
St André-Hubert


Nos fondateurs ont vécu à une époque marquée en France par la spiritualité du Verbe Incarné, la grande sensibilité spirituelle de laquelle nous nous réclamons.

Il est normal qu’elle présente comme point fort l’Eucharistie qui centralise dans la réactualisation du Mystère Pascal tous les « mystères » de la personne du Christ. Il est normal aussi de trouver sous la plume d’André-Hubert des expressions que l’on trouve sous celles d’Olier ou de Saint Jean Eudes.

Dans la contemplation du Seigneur Jésus présenté par l’École Française, l’Eucharistie n’est ni marginale, ni secondaire puisqu'elle se ramène à l’actualisation toujours recommencée du Mystère Pascal, centre de toute la vie de la personne du Christ, heure pour laquelle Il est venu parmi les hommes. Si l’Incarnation est « le seul événement important et extraordinaire de l’histoire de l’humanité. » 

C’est bien l’Eucharistie qui aujourd'hui et dans l’histoire est le mémorial de cet évènement et récapitule en chaque aujourd'hui toutes les merveilles de l’amour de Dieu pour l’humanité.

« Tout ce qu’on aura vénéré dans l’Évangile, toutes les actions du Christ considérées, toutes les paroles écoutées, on devra les rechercher et les demander avec confiance dans le sacrement de l’Eucharistie, par la communion vers le Christ à l’autel. C’est là qu’il appelle à Lui toute l’Eglise pour la refaire grâce à ce livre de la Loi de Vie qui est caché sous l’apparence du pain. »

 Document au complet

(Retour)

 

 

* * * * * * * * * * * * *

 

C’est le Christ…de la crèche, de la croix et de l’autel que vous servez

(Jubilé de Molante 2007)

 

Nous datons l'origine de notre Congrégation non pas de la rencontre décisive des Marsyllis, mais de la première célébration commune des vœux de nos sœurs, à l'oratoire de Molante ; c'est l'événement qui a formé la première communauté, la première cellule de la Congrégation.

C'était vraisemblablement le 2 Février 1807.

En 1907, nos sœurs en ont célébré le premier centenaire…
Nous nous préparons à vivre l'année Molante 2007.

Puissions nous rendre grâces au Seigneur pour ce qui a été vécu par nos sœurs depuis lors...

Accueillir, comme un cadeau, en ce bicentenaire, l’occasion de retrouver nos origines, si riches et si pauvres à la fois, et de rejoindre la communauté de Molante dans la fraîcheur des commencements…C'est un appel pour nous.

Rendre grâce pour l'aujourd'hui des Filles de la Croix de 2006, où nous avons à vivre la mémoire active dans la fidélité.

L'expression du Bon Père " C'est le Christ de la Crèche, de la Croix et de l'Autel que vous servez" recentre sur l'essentiel… un peu comme un fil conducteur à travers la contemplation du Christ Jésus.

C'est en regardant spécialement la vie communautaire, dans le jaillissement originel, dans la jeunesse des sœurs de Molante, que nous allons faire un bout de chemin ensemble…

"Réunies pour glorifier Dieu" a écrit Élisabeth.

 

Document au complet

(Retour)

* * * * * * * * * * * * *

Les traits humains de Saint André-Hubert et Sainte Jeanne-Élisabeth  

Soeur Marie de Magdala - Fille de la Croix - Session 27-28 Décembre 1998 - La Puye

 

Découvrir les traits humains c’est tout un cheminement...nous le savons bien.
Le thème de cette session fait réfléchir : qu’est-ce que cela veut dire « les traits humains » ?

Les traits humains, cela veut dire à la fois les traits de vie, les faits de vie, des tranches de vie, et puis aussi des traits de caractère, des traits de visage...Tout cela fait partie des traits humains ; des attitudes dénotant des tendances, des penchants, ce que j’appelle des traits de caractère.

Le mot « humain » fait aussi fortement réfléchir ; ( le mot « homme » sera toujours employé
dans sa forme générique et désignera les femmes et les enfants aussi... dignité de l’homme,
propre de l’homme...etc.)

Le propre de l’être humain est, pour nous, bien sûr, dans la Bible.
L’homme, cet être sorti d’une façon spéciale des mains de Dieu ! Genèse I-7 : texte que vous connaissez bien, si vous avez déjà cherché ce que veut dire « traits humains ». « Dieu créa
l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa ».

Sortant de ces mains créatrices et amoureuses de Dieu, sortant de cette matière et en même temps à l’image et à la ressemblance de son créateur, comme une représentation, mot qui va revenir souvent, comme une représentation de Dieu ! tellement semblable à Dieu que, comme Dieu, il est doté de ce don merveilleux et terrible qui s’appelle la liberté.

En même temps, il suffit que je me regarde ou que je regarde la vie, le monde, l’histoire du monde, et l’histoire de notre monde d'aujourd'hui, l’histoire qui se vit, pour comprendre que Dieu, qui a donné à l’homme ses traits divins, a été comme forcé, comme contraint à l’Incarnation, à cause de l’usage que nous faisions de notre liberté. Forcé et contraint par son Amour. Donc, dans l’Incarnation, c'est Dieu qui a pris les traits humains.

 

Document au complet

(Retour)

* * * * * * * * * * * * *

 

« La dimension trinitaire dans la congrégation des Filles de la Croix »

(Lourdes Congrégation des Filles de la Croix 21-23 mars 2014)

« La Trinité, mystère et source de communion, de création et de vie » (EV 3).

La foi en la Trinité se dévoile aux sources mêmes de vos commencements et de vos écrits, en particulier les Lettres 1 d’André-Hubert et vos Constitutions Esprit et Vie 2. Après ces textes de référence, nous serons conduits à inscrire André-Hubert et Jeanne-Élisabeth dans une lignée de mémoire, celle du diocèse de Poitiers. Nous en viendrons à habiter le présent par la réception de l’enseignement ecclésiologique du IIe concile du Vatican à ce sujet. A la lumière de ces trois étapes, nous serons en mesure de passer des écrits aux actes pour traiter de l’inter-culturalité aujourd'hui dans la congrégation.

J’espère ainsi honorer ce qui m’a été demandé et contribuer à éclairer le chemin qu’il vous est donné de vivre.

« L’Eglise est toujours une Eglise du temps présent. Elle ne regarde pas son héritage
comme le trésor d’un passé révolu, mais comme une puissante inspiration pour
avancer dans le pèlerinage de la foi sur des chemins toujours nouveaux. »

Telle est la tâche que je voudrais m’assigner. Le double mouvement qui consiste d’une part à aller à la rencontre des témoins de la foi qui ont marché avant nous et d’autre part à éclairer les discernements requis aujourd'hui à la lumière de la foi de l’Église relance notre propre pas et avive notre désir de suivre le Christ. Nous faisons alors l’expérience que tout est devant nous en habitant le présent de notre histoire !

 

Document au complet

(Retour)