1

Accueil et ouverture du Colloque : Sœur Ketty, Supérieure Générale.

 

C'est une immense joie pour nous,  Filles de la Croix, d'accueillir ce matin une assemblée si importante et variée :

 

Prêtres de la Région Apostolique et plus spécialement du Diocèse,

Laïcs travaillant avec nous sur des œuvres d'éducation, de santé, de pastorale,

Amis partageant notre charisme,

Chrétiens du Diocèse dont beaucoup engagés dans les communautés locales,

Religieuses de plusieurs Congrégations,

Membres de la famille du Bon Père,

Nos Sœurs venues de diverses régions de France, d'Espagne et d'Italie,

 de Côte d’Ivoire en raison des douloureux événements que nous connaissons,

Merci de votre présence.

Puissions-nous mieux découvrir la personne de Saint André-Hubert, sa vie, sa spiritualité, l'actualité d'un message pour aujourd'hui.

 

Un merci particulier au Père Rouet qui nous a fortement encouragées à organiser ce colloque, en a suivi la préparation, y consacre sa journée et célébrera avec nous l'Eucharistie ce soir.

               

                Je remercie également les sept intervenants :

trois laïcs : M. Garda, Mr Marcadé, M. Barbier;

trois prêtres diocésains : Père de Sagazan, Père Talbot, Père Russeil,

une de nos Sœurs : Sr Madeline Guillebault.

                Nous avons admiré la disponibilité exceptionnelle de chacun pour mener une recherche afin de donner un déploiement nouveau à la connaissance d'un saint local peu connu du grand public.

 

                La Congrégation est restée longtemps presque seule dépositaire de ce que le Seigneur voulait donner à son peuple à travers le Bon Père. C'est donc le visage du Fondateur des Filles de la Croix qui a été le plus présenté jusqu'à une époque récente.

 

                Après le Concile Vatican II, le retour aux sources qu'il a suscité, le sens de  l'Eglise  qu'il a réveillé, notre attention a été attirée par le fait que le Père André a vécu pour l'Eglise, pour son peuple comme pasteur. Il a risqué sa vie sur la fidélité à l'Esprit, au service d'une Eglise secouée par la Révolution et c'est pour elle qu'il a fondé une Congrégation parce que Jeanne-Elisabeth  portait un projet de vie religieuse.  Il est curé de Saint Pierre de Maillé, il s'est d'abord  appuyé  sur les chrétiens qui étaient là pour faire Eglise.  Il les a marqués par une présence très humble mais active, créatrice, avec  un constant souci de fidélité à l' Eglise de son temps. Il avait à cœur de soutenir ses frères prêtres et d'accompagner de  nombreux  séminaristes.

 

                Heureuse coïncidence : le 250ème anniversaire de sa naissance tombe en temps de Synode et en période de création de communautés locales dans notre Diocèse. Sa vie sacerdotale ardente, inventive, articulant avec justesse annonce de l' Evangile et service concret de ses frères ne peut-elle inspirer "les acteurs et ministres de l'Evangile  au service de la Mission ?"

 

                Qu'est-ce que le Père André veut nous dire aujourd'hui ?

                A chacun de nous de le découvrir !

 

Congrégation des Filles de la Croix

  

UN  ITINERAIRE  DE  SAINTETE

 

SUR  DES  CHEMINS  IMPREVUS 

 

  Saint André-Hubert  Fournet

  

ACTES DU COLLOQUE

 

POITIERS 30 NOVEMBRE 2002