Filles de la croix

France Retournez voir toutes les régions

Vivre Pâques à Mantes la Jolie!
Apr 20, 2020

Vivre PÂQUES et son octave sous mode « confinement » à Mantes la Jolie!

12 Avril, c’est avec un joyeux ALLÉLUIA que nous entrons dans ce dimanche un peu particulier…

Oui, CHRIST est RESSUSCITÉ !!!

Et, ce sera une semaine pleine de surprises.               

Oui, quelle surprise de voir, en fin de matinée, entrer notre curé, le P. Matthieu, suivi de Gaël, diacre, portant sur son épaule le cierge pascal destiné à l’église du quartier, fermée pour l’instant. Ainsi notre Eucharistie pascale, vécue dans la salle à manger, commence par la bénédiction de ce cierge qui restera dans notre oratoire avant de pouvoir rejoindre l’église. Tous les jours il accompagne notre prière et nous invite à rejoindre toutes nos Sœurs, tous les chrétiens du quartier, mais aussi nos frères musulmans qui se préparent à vivre un Ramadan bien particulier…

C’est aussi la visite surprise du Seigneur, un soir après 20h, en la personne de Martine, très fragile psychologiquement. Conduite à l’hôpital par les pompiers, elle ressort avec quelques médicaments… Elle n’a pas le courage de rentrer chez elle à pied - où elle n’a plus rien à manger… d’où, arrêt chez les Sœurs toujours confinées !!! Que faire ??? Sinon ouvrir… accueillir… écouter… garnir un peu son sac… et la raccompagner…

 N’est-ce pas toi Seigneur qui, une fois encore, frappe à notre porte ?  MERCI Seigneur !

Puis, c’est Monique, une amie, qui a soucis de nous et qui vient déposer, discrètement, 5 masques qu’elle a elle-même fabriqués : 1 pour chacune et un petit supplément… en cas…

Merveille d’attention, de délicatesse… MERCI Seigneur !

Surprise encore pour ce samedi qui clôture l’octave pascale : toujours, le P. Matthieu vient célébrer, mais aujourd'hui, il est accompagné… Quelle surprise !!! Que faire alors que nous sommes en plein confinement ? Pas de problème… il a bien toutes les autorisations de sorties… de…  et pour nous, c’est l’occasion de faire connaître, un peu, la Congrégation. Bref, notre semaine se termine par une  célébration empreinte de joie, de simplicité…

Le Christ est là !  Avec nos fragilités, nos questionnements… il nous redit : « Allez dans le monde entier. (Le monde est là, autour de nous) Proclamez l’Évangile à toute la création » Mc. 16/15

Srs Marie, Marie Clotilde, Nadège, Marie Paul

 Mantes la Jolie le 18 avril 2020

 

Temps de confinement en image
Apr 15, 2020

 

 

4ème semaine de confinement !
Apr 14, 2020

D’apostoliques, nous devenons « monastiques ». Nos journées sont tellement bien organisées qu’elles se déroulent pour le mieux !

 KTO, la radio chrétienne, nous permet de suivre les diverses célébrations. La paroisse, riche en propositions, nous lie, nous relie aux paroissiens et plus large encore.

Nous recevons aussi, de Sr Susana, de quoi vivre cette Semaine Sainte en lien avec les communautés de la congrégation.

Pas de rassemblements religieux, mais quelle chaîne de solidarités, d’attentions… Les coups de fil des uns aux autres ne font que resserrer les liens. Même très proches dans la rue, ne pas se voir, se parler, nous appliquons le « restez chez vous ».

Cependant, à 20h, avec les voisins, nous nous retrouvons aux fenêtres, balcons, pour applaudir les soignants, les personnes engagées auprès des malades, ainsi que tous les bénévoles. Même Juliette, 3 ans, vit ce temps avec nous. Suivant la météo le contact se prolonge...

Je parlais des journées organisées : spirituellement, matériellement avec les tâches quotidiennes…

Cette période particulière de proximité nous permet de nous connaître, de partager nos talents, de nous soutenir, nous entraider, nous entraîner. Tout cela en tenant compte de nos âges, de nos santés, de nos tempéraments….

Nous reconnaissons être des privilégiées. Le tour de la maison est fleuri, le quartier est calme et agréable.

Alors, partout, continuons à vivre notre mission de louange, d’intercession et de service !

Anne-Marie, Jeanne et Jeanine

En ce temps de confinement
Apr 14, 2020

« Nous portons le nom de Filles de la Croix.
Ce nom dit notre enracinement dans le mystère du Christ. » (# 6)

«  Dans le service qui nous est demandé, dans l’inactivité, la maladie,
nous avons à découvrir jour après jour
notre propre mission d’annoncer la Bonne Nouvelle . » (# 69) ( Règle de vie)

Jour après jour

♥  Dans l’au-revoir à notre Sœur Geneviève, 96 ans.

Sa beauté, son courage,  son ouverture au monde , son dynamisme jusqu’au bout demeurent dans notre mémoire  et notre cœur !

Trois sœurs l’ont accompagnée lors de sa sépulture…

Dans sa tombe, les messages écrits par chacune des sœurs de la communauté, des tulipes…

Tant de familles vivent sans pouvoir dire un dernier au-revoir à leur proche !

 

Dans la proximité à l’Ephad touché dans la personne des soignants et des résidents.

Sur le parking, veille la statue de Jeanne Elisabeth,  invitant à regarder Celui qui nous entraîne dans sa Pâques.  Ses   deux mains posées sur les enfants, elle nous parle de  proximité, de gestes de tendresse.

Parking rempli de voitures des personnes qui continuent leur service.

Dans le confinement comment leur dire notre solidarité ?

Sur les parebrises, nous déposons simplement un message :

« Merci pour ce que vous êtes, ce que vous faites.
Merci pour votre présence, votre courge, votre dévouement.
Jeanne Elisabeth veille sur vous !
Nous prions pour vous. Dites aux résidents que nous prions pour eux.
               Les sœurs Filles de la Croix »  

Quand cela se présente, c’est un petit signe aux personnes des pompes funèbres et une prière pour celui ou celle qui nous quitte, pour la famille !

 

Dans la prière avec les catéchumènes et leur famille

 « Je prends au sérieux l’engagement de mon baptême », disait Jeanne Elisabeth.

Le 7 Mars, les jeunes catéchumènes étaient confiés à la prière de la Communauté des Filles de la Croix. Leur photo, leurs noms dans l’oratoire nous rappellent leurs visages, les visages de leurs accompagnateurs… du diocèse.
Nous les confions à sainte Jeanne Elisabeth et saint André-Hubert.
Par courrier nous leur manifesterons notre proximité et notre prière… Jusqu’au jour où ils recevront ce baptême tant désiré !

 

Dans une communion universelle

Universalité signifiée, vécue simplement, pauvrement dans la  communauté internationale.

Les visages de Côte d’Ivoire, du Brésil, d’Argentine donnent chair à la souffrance de tous les peuples exposés à la douleur, à la précarité, à  la crainte pour les santés, pour le lendemain.

Notre prière se nourrit des nouvelles qui nous parviennent à travers les communautés ecclésiales ,  les situations sociales…Elle se nourrit de l’Eucharistie vécue en communion avec l’Église d’Aparecida au Brésil, l’Église de Côte d’Ivoire, en accueillant ensemble l’homélie des prêtres d’une paroisse d’Abidjan où sont les Filles de la Croix .

Communion de prière et d’espérance avec les familles, le cœur serré par tant de situations crucifiantes proches ou lointaines. Communion dans la foi et l’espérance !

Les travaux enfin terminés, la  communauté  internationale appelée  pour  vivre l’accueil et la vie du pôle spirituel   avait hâte  de commencer  sa mission.
Elle la vivra autrement entrant avec le monde dans le silence du Samedi saint.  

Avec toutes les Filles de la Croix nous laissons les évènements parler en cette année ou nous fêtons  le bicentenaire de l’arrivée des premières sœurs à La Puye dans la joie et le dénuement !

Le thème qui nous porte cette année : le déplacement ! 

Fécondité de Pâques !

 

Nous continuons à vivre les liens avec les jeunes et les amis de tous horizons par des temps de communion fraternelle. Tous les mercredis nous nous donnons rendez-vous pour un temps de prière ensemble que les outils de communication permettent.

« Annoncer ainsi le Salut qui nous vient par la Croix,
témoignant de la Présence de Dieu Trinité au milieu des hommes. »
(# 66)  ( Règle de vie)

 Puisse l’Esprit du ressuscité nous garder en éveil, qu’IL continue à inspirer à chacun le geste fraternel, la parole qui console, le silence qui communie.

Communauté Internationale 

 

Perspective de fêter un bicentenaire
Feb 5, 2020

Nous voici déjà en 2020 avec la perspective de fêter un bicentenaire !!! En même temps, nous sommes dans l’action de grâce de tout ce que nous avons vécu à Mantes en 2019 : un bicentenaire également !

Oui, fêtant les 200 ans de notre présence dans cette petite ville de la région parisienne, nous avons eu l’occasion de faire mémoire de ce que nos sœurs ont vécu ici : « toutes espèces de bonnes œuvres » pour « enseigner et guérir » en sachant s’adapter aux besoins et situations, parfois douloureuses, qui ont émaillés ces 2 siècles de notre histoire !

C’est surtout la figure de Sainte Jeanne Élisabeth qui a été au cœur de nos fêtes ! Notre Bonne Sœur a établi, ici, en Septembre 1819, une Communauté pour ouvrir la première école communale de filles qui n’étaient pas scolarisées. Nous connaissons bien la place de l’Eucharistie dans le cœur d’Élisabeth. Pouvait-elle passer à Mantes sans s’arrêter à la Collégiale, sans y passer de longues heures de prières, sans y vivre l’Eucharistie ?

Le P. Matthieu Williamson, notre curé, nous rappelant que « Là où passent les Saints, Dieu passe avec eux… » a voulu « graver » ceci dans notre mémoire, dans la mémoire de la Communauté chrétienne de notre ville en installant dans la Collégiale une statue de Jeanne Élisabeth…

Ce 15 Septembre 2019, c’est toute une nombreuse foule qui a été invitée à marcher sur les traces de Ste Jeanne Élisabeth… à faire davantage sa connaissance… pour que, à son exemple, nous prenions « au sérieux les engagements de notre baptême ».

L’Eucharistie, animée par de nombreux jeunes, nous a aidées à rendre gloire à Dieu pour tout ce qui a été vécu, ici, en fidélité au don fait, il y a bien longtemps, à nos Fondateurs… Rendre gloire pour toute cette jeunesse, heureuse et dynamique, chantant de tout leur cœur Elisabeth ! Rendre gloire pour tous ces bénévoles qui avec nous, accueillent et aident familles et enfants à grandir en humanité au cœur de notre cité !

« Élisabeth, toi qui aimes les petits…vers eux tu nous envoies, vers les déshérités…. Donne-nous ton grand cœur, donne-nous ton esprit !!!

Marie-Paul, fdlc

 

Journée du Bicentenaire : 16 Novembre 2019 (Cliquer ici)

Photos des fêtes du bicentenaire des filles de la Croix de Mantes La Jolie (Cliquer ici)

Un temps en Argentine
Jan 14, 2020

« Quelle est ta Bonne Nouvelle ? » Être là…ce n’est rien et c’est tout !

Cette question nous a été posée lors de la rencontre de la vie religieuse, fin novembre. Être là, sans rien attendre ou comprendre, sans rien vouloir ou saisir. Être présente, être avec ! Le temps de Noël, c’est le temps du silence habité, présence du Père qui offre.

Lors de cette journée, j’ai fait l’expérience de « partir en mission » dans les rues, pour parler de Dieu. J’ai été surprise de l’attente des gens qui venaient à notre rencontre pour demander une bénédiction, pour toucher la statuette de Marie ou écrire une intention de prière.

Être là, c’est : Partager un bout de vie avec mes sœurs, leurs missions ou leurs questions. Croiser le chemin de quelques argentins en ce temps de changement politique. Entrer avec l’Église d’Argentine dans une année mariale pour fêter le 5e centenaire de la 1ere messe et les 400 ans de l’arrivée de l’image de la Vierge dans la province de Catamarca.

« Ce moment présent est toujours plein de trésors infinis » J.P. de Caussade

À Boulogne, je suis restée avec Blanca et Karina, pratiquement les 2 mois. En accompagnant Karina dans ses cours, j’ai vu des étudiants qui avaient soif de simplicité et de vérité. Le témoignage sur la Thaïlande, ma vocation ou ma vie a rejoint leurs propres défis. Lors d’un Week end, j’ai senti la soif et la souffrance d’une jeunesse ; leurs forces et leurs blessures. Les sœurs sont là, avec eux.

À la Plata, elles s’y rendent régulièrement pour accompagner l’équipe éducative dans les moments forts (Confirmation, rencontre de laïcs, accompagnement de jeunes…).

Au barrio (bidonville) de Boulogne, j’ai compris peu à peu, le travail minutieux, humble et profond des sœurs. Blanca rejoint 3 fois par semaine ces hommes et ces femmes pris dans la drogue, la fragilité d’une vie familiale, la violence. Elles y sont aimées et respectées. Après 9 ans de présence, des laïcs sont en place et continueront l’œuvre des sœurs. Le 27 novembre, fête de la médaille miraculeuse et nom de la petite chapelle du barrio ; l’Évêque a présidé la messe, célébrée dans la rue. 17 laïcs sont envoyés pour continuer cette œuvre, présence d’Église dans ce lieu oublié des grands.

J’ai passé une semaine dans les 2 communautés de Zárate. D’abord avec Carmen et Gaby, où j’ai eu la joie de témoigner dans notre école. Plusieurs de nos sœurs y ont travaillées. Gaby continue de faire le lien. Me retrouver devant des petits de 4-6 ans pour accueillir leur chanson ! 

J’ai aussi témoigné de l’Asie devant une centaine de jeunes et être témoin de leur travail d’année.

Ce qui m’a touché, fut le groupe de 50 adultes qui étudiaient, après leur travail, afin de devenir des professionnels de l’éducation ou de la santé. Notre école leur permet une mise à niveau sans avoir besoin d’aller à la capitale. Le témoignage de la Thaïlande et les défis de la vie religieuse aujourd’hui, rejoint leur propre combat. L’échange fut très riche ! Je suis restée quelques jours avec Ana Ester, Isabelle et Delia. Nous avons eu une rencontre avec un groupe de laïcs, et avons visité un bidonville avec Isabelle.

Le projet volontariat international en alliance (VIA)

Le but de mon séjour était aussi de rejoindre l’équipe de rédaction de ce projet. Elle est constituée par les Srs Cristina et Alicia (Servantes de Marie), Rafaëla et Silvina (ND de la Compassion, qui ont l’expérience d’un volontariat depuis 4 ans) et Karina. Les sœurs du Sauveur de la Sainte Vierge ne sont pas en Amérique latine. Les sœurs ont travaillé pendant 1 an. Temps riche de connaissance et enrichissement mutuel. Un projet d’une quinzaine de pages a été réalisé, dont voici les principaux points :

Les objectifs : Proposer un espace de mission pour des personnes qui cherchent à vivre la solidarité et construire une société plus juste. Apporter un appui aux organisations locales, une aide sociale pour des populations plus vulnérables.

Les conditions nécessaires et les engagements entre volontaire et VIA : (administrative, santé, financière, humaine…) avec un accord mutuel

Le déroulement est en 3 phases : - Avant le séjour (Connaissance du volontaire, préparation, formations par Skype et réelles…) - Pendant : accompagnement, suivi… - Après : Évaluation, relecture, une suite avec une des congrégations de l’alliance ?...

Ce projet a été envoyé aux Conseils Généraux et mi-novembre, au nom des 4 instituts, Sr Hélène, Supérieure Générale de ND de la Compassion avec Sr Carmen son assistante, nous ont fait part de leur réponse.

À partir de là, nous nous sommes retrouvées 2 weekends en décembre, pour réaliser des outils de travail pour le fonctionnement du projet : Page web, itinéraire de formation, grilles d’évaluation, d’accompagnement, dossier administratif et une feuille de route pour les pas à faire, avant de lancer le volontariat.

Une équipe de coordination sera nommée l’an prochain et prendra la suite de l’équipe de rédaction.

Ce fut une bonne expérience, où j’ai eu la joie de contribuer à ce projet de volontariat. Projet que j’ai à cœur, avec l’expérience de la Thaïlande. Joie aussi et encore plus grande, de ce que nous vivons en alliance, qui m’invite à la confiance : voir plus loin, au-delà de nos réalités, petites, simples et pauvres.

Visites et détente :

Quartier CaminitoTerre Sainte - parc à thème religieuxLes derniers jours, nous avons visité quelques lieux importants, de la capitale, tels que la Cathédrale, qui était l’église du Cardinal Jorge Mario Bergoglio, avant d’être nommé Pape, les rues typiques du quartier de Caminito et même la Terre Sainte, le 1er parc à thème religieux, unique au monde !

 La PlataBasilique de LujanÀ La Plata, nous avons été à la République des enfants, un village pour les enfants et les grands !

Les 2 mois passés avec les sœurs d’Argentine, ont été un temps riche, temps qui m’a renvoyé à celui passé en Italie, pour connaitre chacune des sœurs, leur mission et leurs défis. Que font les sœurs ? Rien et tout ! Dans notre monde d'aujourd'hui, et comme au temps de Ste Jeanne Élisabeth, Nous sommes « une poignée de sœurs », proches des petits et des pauvres d'aujourd'hui !

MERCI à chacune et bonne année 2020, riche en évènements !

« Dieu est l'extraordinaire dans l'ordinaire de la vie, car l'ordinaire c'est nous… Ce qui est extraordinaire, c'est que Dieu nous aime tels que nous sommes » Mgr Rouet

Les 200 ans ? ... à Mantes la Jolie !
Jan 13, 2020

Ils étaient 10, 20, 40, 60, 100… venus les uns après les autres avec leurs amis et leurs parents pour cet anniversaire des 25 ans d’existence de cette association de quartier ÉVEIL’MAT’INS qui porte bien son nom !

« Éveille-toi au matin de tes jeunes années pour construire ta personnalité et devenir un acteur de la société ! »

C’est là qu’un jeune s’est levé de l’assemblée en fête pour dire haut et fort à ces enfants et ces jeunes : « Profitez bien de ce que l’on vous apprend à Éveil’Mat’Ins, participez au maximum, vous allez vous en sortir des situations difficiles, dégradantes de nos quartiers. Suivez les conseils de vos parents et de vos éducateurs. J’ai fait le même parcours que vous. J’ai commencé tout jeune à apprendre à lire, à vivre avec les autres, à faire des efforts pour suivre le bon chemin dans ce quartier du Val Fourré. Aujourd’hui, je suis à Bac + 5 grâce à tous ceux et celles qui m’ont aidé. Alors, regardez, c’est possible pour vous ! »

Un cri ! Un appel ! Une invitation !

Dans la salle, tous les regards sont tournés vers lui, chacun stupéfait de ce témoignage ! Oui, c’est possible !  Ils, elles, s’en sortent !

Les parents étaient là, et les amis, les femmes et les hommes, acteurs de la fête, les unes en cuisine pour des plats bien fournis, salés et sucrés, les autres en musiciens professionnels de Djembé, d’autres encore en animation de numéros de cirque, de danses, de chants !

 25 ans d’Éveil’Mat’Ins, créé par les sœurs Filles de la Croix en partenariat avec l’Établissement Notre Dame de Mantes la Jolie et les acteurs sociaux du quartier Val Fourré.

25 ans d’histoire et d’engagements au service de l’éducation dans un quartier classé difficile.

25 ans où les nouvelles générations offrent à leurs enfants ce lieu de croissance, de socialisation, d’éducation…

Une grande famille se construit avec les anciens qui prennent la responsabilité du Centre et qui viennent en bénévole apporter leur contribution.

« Éveil’Mat’Ins m’a permis d’être en Terminale et j’envisage d’entrer en Sciences Po !  Je suis là aujourd’hui pour remercier, participer, être avec tous pour apporter ma pierre ! »

 Et pourtant ! Ce n’est pas Éveil’Mat’Ins que l’on fête aujourd’hui !

Mais bien les 200 ans de la première communauté des Filles de la Croix à Mantes la Jolie !

Le quartier, la paroisse, les personnes, font un lien incontournable : « 200 ans de la présence de Filles de la Croix, c’est Éveil’Mat’Ins ici !.... Alors faisons la fête avec les Filles de la Croix ! » 

Un 3ème anniversaire ouvre dans le même temps une Semaine de manifestations avec les communautés des peuples interculturels du quartier….

L’anniversaire des 50 ans de la création de la paroisse St Jean Baptiste du Val Fourré !

La Fête continue….L’Église rassemble !.... La Vie circule !....  Dieu est présent !!!

Jubilé d'or des Soeurs
Nov 19, 2019

En Congrégation : 1969 – 2019
Jubilé d'or des Sœurs :
Anna Maria Pedroni, Conchi Asensio, Anne-Marie Iroz, Bernadette Chicotte

Pour les sœurs fêtant dans l'année leur Jubilé d'or : Invitation du Conseil Général à un temps de réflexion, de prière, de partage et de vie dans une communauté de leur choix. 

Anne-Marie Iroz, Conchi Asensio, Bernadette ChicotteAnna Maria Pedroni,

C'est dans cette perspective que nous, Sœurs Anna Maria Pedroni d'Italie, Conchi Asensio d'Espagne, Anne-Marie Iroz et Bernadette Chicotte de France, avons reçu l'invitation à ces temps forts.

Sœurs Anne-Marie Iroz, Bernadette Chicotte et Conchi Asensio avons, en outre, reçu de Sœur Susana et du Conseil Général la proposition de vivre cette semaine en Italie avec Sœur Anna Maria Pedroni qui ne peut se déplacer à cause de son état de santé. Nous, Anne-Marie et Bernadette, avons répondu à la proposition qui nous avait été faite, Sœur Conchi n'ayant pu se libérer...

À notre arrivée à Rome, nous avons été accueillies à l'aéroport par Sœur Diana qui nous a conduites à la communauté « Accoglienza ». Sœur Anna Maria et toutes les sœurs nous ont réservé un bel et chaleureux « Benvenuta ». Nous étions déjà de la communauté. Les billets d'avion pris, nous voilà engagées pour une très belle aventure qui ne pouvait nous apporter que joie et vie au cœur de la communauté de Rome.

Durant cette semaine nous avons pris le temps de la prière personnelle et communautaire, le temps de nous accueillir mutuellement toutes les trois à travers des partages journaliers.

Nous avons préparé la formule de renouvellement que nous voulions prononcer à la célébration eucharistique qui réunirait les trois communautés de Rome.

Eucharistie

Après les tables de la Parole et de l'Eucharistie présidées par un Père Bétharramite, nous nous sommes dirigées vers la table du repas festif et fraternel :

Échange des cadeaux dont une Vierge à l'Enfant, sculptée en Côte d'Ivoire, commune aux quatre sœurs jubilaires, qui fut suivi de l'apéritif et du repas finement préparés sur une table bien dressée !

En famille de Filles de la Croix, joie, partages et chants donnaient tout son éclat à la fête.

Durant ce séjour, nous avons été en pèlerinage, au Sanctuaire Marial de « La Vierge du Divin Amour », patronne de la ville de Rome ...

Vierge

Les jours suivants, nous étions invitées à découvrir la communauté de Ponte di Nona dont la mission est dans un nouveau quartier populaire où peu à peu la communauté chrétienne s'organise et, la communauté de Betania qui a une toute autre mission au service de la maison régionale et de la paroisse.

Tous ces évènements, nous les avons vécus ensemble, toutes les trois, avec nos sœurs de Rome. Quelle joie pour nous toutes !

Ce fut une semaine de vie en « famille congrégation », un temps d'action de grâce, un moment de vie reçue et donnée, une plongée en « communauté congrégation »...

A notre retour, nous avons eu la grande joie de rencontrer Sr Conchi, à Irun, la quatrième de notre groupe : temps d'un court partage sur nos rencontres et sur la joie partagée avec Sr Anna Maria et sa communauté.

Communauté de Roma

Riches de ce vécu, avec chacune des Jubilaires et les communautés d'accueil, nous avons préparé nos fêtes Jubilaires à Rome, en Espagne, à Ustaritz et à Igon.

 

 

   

NoCommunauté de Romeus sommes dans l'action de grâce pour ces célébrations, avec les sœurs et nos familles.

Nous pouvons conclure par ces mots :

Joie en famille congrégation,

Joie avec nos familles et amis,

Action de grâce pour le don de l'appel.

 

Brigitte en Côte d’Ivoire
Jul 3, 2019

Rencontre des laïcs à BonieréComment suis-je arrivée pour une dizaine de jours en communauté chez les Filles de la Croix en Côte d'Ivoire ?

Depuis 20 ans, je les côtoie en France. J'ai connu, je connais comme tous, des moments de souffrance. Je me sens soutenue. Elles m'aident à aller vers le Christ, vers la joie.

Dans notre « Groupe Charisme ». Sœur Marie de Madgala nous parlait souvent des autres « Groupe Charisme » à l'étranger. Me vint l'idée de demander d'aller en Afrique chez les Filles de La Croix...

Ma demande : passer ce temps avec les sœurs. Une sorte de retraite, un temps de recueillement de ressourcement.

Destination : Côte d'Ivoire. Après mon arrivée à Abidjan, j'allais à Korhogo et Bonieré . J'y ai découvert des sœurs de plusieurs générations françaises ou africaines. Toutes avec la ferveur de donner, partager, d'accompagner les plus pauvres à la façon de Sainte Jeanne-Élisabeth et Saint André-Hubert. J'ai été touchée par la grande pauvreté, la grande misère, les handicaps de ce pays. Pendant des années, le travail, le recueillement, la prière des sœurs ont contribué à mettre en place des œuvres importantes pour répondre à toutes ces problématiques avec efficacité et toujours une grande humilité.

A Bonieré , j'ai eu la grande joie de rencontrer le « Groupe Charisme ». Ils m'ont accueillie solennellement. Chacun a exprimé la raison de sa présence dans le groupe. Leur histoire était émouvante car ils ont tous connu de grandes souffrances. Dans le silence et l'humilité, les sœurs les ont soutenus et apportés du réconfort sans jamais rien rechercher... Ils ont une reconnaissance indéfectible... Une personne musulmane s'est même convertie à la religion catholique touchée par leur action et la vie chrétienne.

Dans notre groupe, nous disons régulièrement ressentir que nous faisons partie de la « Famille des Filles de la Croix ». Ce sentiment d'appartenance m'a été révélée encore plus fort et pour tous grâce à la disponibilité, la grande simplicité et l'humilité des sœurs.

Je rends Grâce à DIEU pour ce magnifique cadeau.

Recollection Laïcs – Soeurs
Nov 24, 2018

Depuis quelques années, l'équipe d'animation de la Région France propose un temps de récollection aux laïcs proches ou se sentant de « la famille Filles de la Croix », et aux sœurs.

RECOLLECTION Soeurs Lacs

Cette année le thème a été retenu en partant de la proposition faite par l'équipe internationale suite au Chapitre.Le weekend a commencé dès le vendredi soir pour accueillir ceux qui arrivent de loin. Après un pique-nique tiré du sac, nous avons eu un temps de prière commune, ce qui nous a permis de rentrer doucement dans l'esprit de la récollection et de retrouver la sérénité que nous procure
La Puye...

Lire l'article au complet en pdf

Rencontre des chefs d'établissements sous tutelle des FdlC
Apr 6, 2018

Comme chaque année le conseil de Tutelle et les chefs d'établissement du réseau se sont retrouvés. Le rendez-vous avait été pris pour les 13, 14 et 15 mars 2018. Ce sont les CE des établissements de st Maur des Fossés, de Nogent sur Marne et de Choisy le Roi qui nous ont accueillis en Val de Marne. Ces deux jour et demi ont été comme chaque fois bien remplis tant en moments de travail qu'en moments conviviaux.

Sr Anne Marie, Régionale de France, nouvelle autorité de tutelle

 En début de session Muriel Choubry a accueilli sœur Anne-Marie notre nouvelle autorité de tutelle ainsi que les nouveaux chefs d'établissement du réseau.

 Une grande carte de France, aux contours très curieux, était installée dans notre salle de travail. Effectivement, nous retrouvions là, en guise de frontières, des paroles de nos Fondateurs : « A quoi pensez-vous ma fille de prolonger votre séjour dans une maison de paix lorsque Dieu vous appelle au combat ? » André-Hubert «Pensez sérieusement que sous instruisez les enfants plus par votre exemple que par vos paroles » Jeanne-Élisabeth... sans oublier : « Enseigner...Guérir... »
Au cœur de cette carte, une croix avec les mots « FILLES DE LA CROIX » autour de laquelle chacun était invité à accrocher le lieu de son établissement... Vraiment, nous sommes heureux de faire partie de ce réseau !!!

La carte de France se dessine

Deux intervenants, le père Laurent Lemoine et madame Nadine Scepovic, nous ont permis de continuer le travail de réflexion engagé depuis deux ans pour bien saisir la relation « Autorité de tutelle et Chef d'établissement » et arriver à l'élaboration d'une charte qui permette de bien vivre cette relation. L'Eucharistie célébrée par le père Lemoine et préparée par les APS, nous a réunis dans la chapelle de l'ensemble scolaire de St André à St Maur. Sous le regard de Sainte Jeanne Élisabeth et de St André-Hubert, c'est toute notre vie et nos projets que nous remettions entre les mains du Seigneur pour les offrir au Père ! 

Travail avec des intervenants - les fondateurs sont présents

Durant l'AG de l'association de Jeanne Élisabeth qui a suivi, Muriel Choubry nous a bien entendu présenté les traditionnels bilans mais a surtout parlé de l'avenir du conseil de tutelle en annonçant le choix fait par la Congrégation de nommer un délégué de tutelle salarié. Mr Pierre Santini prendra donc ses fonctions le 1er septembre prochain. Nous nous réjouissons de voir se concrétiser le souhait de maintenir l'accompagnement de notre tutelle !!!

Une assemblée générale a suivi

Après ces 3 jours très fraternels, chacun a repris le train, l'avion ou la voiture pour regagner sa région. Les dates de la prochaine rencontre, qui aura lieu en mars 2019 très certainement à Ustaritz, sont bien notées !!!

 

 

 

 

 

 

 

Vierge pèlerine
Dec 7, 2017

Une Vierge venue du Congo Kinshasa.

 Elle a été apportée par des membres de L'Association : « Le Rocher, Oasis des Cités »

Cette Vierge porte 2 chapelets : chapelet catholique et chapelet musulman.

Elle pèlerine de famille en famille dans la paroisse de Les Mureaux. La famille la reçoit à la fin de la messe dominicale et chaque jour elle se réunit avec quelques amis ou voisins pour prier, parfois même des amis musulmans.

La Vierge Marie a une place importante dans Le Coran.

Voici l'une des prières qui est dite lors de ces réunions :

Prière pour notre immeuble...

Père nous Te louons et Te remercions de nous avoir placé(e)s ici, dans ce quartier, dans cette rue, dans cet immeuble dans cet appartement.

Tu as voulu que nous habitions ici pour prendre part au projet que Tu as pour ce quartier. Ouvre nos yeux afin que nous voyions Ton œuvre et aide-nous à prendre pleinement notre place dans ce projet.

Que Jésus soit visible à travers nous, par la lumière de Sa présence, dans notre manière d'accueillir nos voisins et de vivre avec eux.
Père que la présence et la puissance du Saint- Esprit soient déversées là où nous vivons, afin d'amener à Toi ceux qui nous entourent. Ouvre les yeux et touche le cœur de ceux que nous rencontrons. Donne-leur d'avoir soif de Toi, soif de Te connaître.
Bénis notre rue (la nommer), là où nous habitons ainsi que tous les endroits où nous nous rendons dans le quartier de (le nommer).

Bénis chaque appartement et chaque habitant de notre immeuble. Mets la paix dans chacune des familles qui y logent, aide les jeunes à trouver le bonheur, libère ceux qui sont esclaves de la drogue, de l'alcool ou de la violence, donne du travail à ceux qui n'en ont pas, répands l'amour dans cet immeuble. Ouvre les yeux des aveugles ! Libère les captifs !
Que Jésus soit révélé dans le cœur de tous ceux qui nous entourent. Nous Te prions spécialement pour......... (nommer les personnes).
Dieu, utilise-nous, utilise-nous, nous T'en prions. Que notre vie soit au service de Ton projet pour notre quartier et pour cette ville, au service de la civilisation de l'Amour ! Amen.

 

Communauté des Mureaux

 

 

Trois paroisses sous le signe de la rencontre
Oct 26, 2017

Pour rencontrer un frère, une sœur en humanité, il faut accepter de se déplacer pour aller à son devant, il faut aussi accepter d’être déplacé par l’autre. Un autre qui nous conduit parfois au tout Autre.

L'escalier de la rencontreSaint André-Hubert Fournet l’a découvert un jour en haut de l’escalier de son presbytère de Saint Pierre de Maillé. Sollicité par un pauvre venu lui demander l’aumône,  il prit conscience de la vacuité de sa vie de prêtre mondain. Comme l’a souligné dans son homélie le Père Jean-Paul Russeil, vicaire-général, en partant de l’Évangile de ce 26ème dimanche du temps ordinaire, André-Hubert a vécu la parabole des deux fils appelés à travailler la vigne par leur père. Ayant vu la figure du Christ dans ce pauvre venu l’importuner, cette rencontre a fait de lui un pasteur infatLe Pauvre et André-Hubertigable et prenant tous les risques.

Autre rencontre, avec la jeune noble Jeanne-Élisabeth venue de nuit assister à la messe clandestine aux Petits Marsyllis, une rencontre qui les a conduits à fonder une nouvelle congrégation au service des pauvres, les Filles de la Croix.

 

                                           

Assemblée saint Pierre de Maillée 1Les trois paroisses Saint André-Hubert, Sainte Jeanne Élisabeth et Saint Pierre II ont décidé de vivre ensemble la rencontre, telle que souhaitée dans le premier temps de notre synode diocésain 2017-2018 « Avec les générations nouvelles, Vivre l’Évangile » en suivant les pas de nos saints patrons.

Remarquablement organisée par une équipe réunissant une douzaine de personnes issues des trois paroisses et de la congrégation, la journée a commencé par la rencontre autour d’une boisson chaude (bienvenue car le temps était un peu humide) puis la nombreuse assemblée s’est rendue au pied de l’escalier où a eu lieu la conversion d’André-Hubert. En pénétrant dans l’église pour l’Eucharistie, chacun à travers le rite de l’aspersion a pu plus profondément intégrer la démarche de Jeanne-Élisabeth venue demander à André-Hubert de l’aide pour vivre pleinement la grâce de sassemblée à Saint Pierre de Mailléon baptême.

Animée par les jeunes des diverses aumôneries et soutenue par une chorale de grande qualité (et très jeune aussi) la messe, présidée par le Père Russeil et concélébrée par les prêtres des trois paroisses dans une église bien remplie fut à la fois simple, joyeuse, chaleureuse: la joie de la rencontre avec nos frères et soeurs en Christ, le bonheur de la rencontre avec notre Dieu, Père, Fils et Saint Esprit comme nous l’avons proclamé avec les mots du symbole de Nicée-Constantinople.

repas2La salle des fêtes qui nous accueillait pour une nouvelle rencontre, les agapes fraternelles où nous partagions les paniers apportés par chacun, était presque trop petite.

Il fallait en effet se donner des forces pour continuer notre pèlerinage car nous étaient proposées différentes possibilités pour poursuivre notre marche sur les pas de saint André-Hubert et sainte Jeanne-Élisabeth: la chapelle Sainte-Phèle, lieu d’écriture de la première constitution de la congrégation, la grotte de la cancéreuse où Jeanne Elisabeth rencontra la première malade qui sera accueillie à Molante, les Petits Marsyllis où Jeanne-Élisabeth rencontra André-Hubert et Molante, la première maison des soeurs. Dans chaque lieu, une animation était proposée et à chaque pèlerin étaient remis six questions tirées des « sets » de table, désormais bien connus dans notre diocèse afin de susciter la rencontre, la discussion sur le chemin. À Molante était proposée la possibilité d’u temps d’adoration, dans la ligne de ce qu’avaient envisagé initialement les cinq premières soeurs, à savoir placer l’adoration perpétuelle au coeur de leur vie, chacune à tour de rôle s’y dévouant. Lors de la reconnaissance de leur constitution,il leur fut demandé de placer le service du pauvre au centre de leur vocation, le pauvre dans lequel s’incarne le Christ, le pauvre présence combien réelle du Christ mort et ressuscité.

Quelques années plus tard, les premières soeurs ont quitté saint Pierre de Maillé pour rejoindre un prieuré disponible à La Puye. Un prieuré fondé par les Fontevristes, ordre fondé par Robert d’Arbrissel qui fut le protégé et l’ami de Pierre II évêque de Poitiers.

Trois figures de sainteté, trois figures pour nous aider à vivre notre foi deP. Jean-Paul Russeil chrétien dans le monde d’aujourd’hui, un monde différent, un monde difficile, mais c’était le cas à l’époque des ces trois saints patrons. Leurs vies, leurs témoignages nous montrent, comme l’a souligné le Père Russeil, que l’on ne peut être chrétien dans l’aujourd’hui de nos vies sans faire mémoire de celles et ceux qui sont nos aînés dans la foi.

C’est dans ce lieu fondateur et profondément émouvant que s’est déroulée la célébration d’envoi, un envoi pour la rencontre dans chacune de nos paroisses et pourquoi pas au-delà!

Mais avant de nous disperser, ce fut le temps de dire merci à celles et ceux qui ont oeuvré pour la réussite de cette journée: l’équipe interparoissiale qui a piloté l’ensemble, la communauté locale de Saint Pierre de Maillé sans oublier l’aide précieuse de la municipalité.

Christian Genre, Pôle communication

 

 

Journée de Récollection à La Puye
Jun 25, 2017

Vivre la proximité des pauvres...Enseigner et guérir...Vivre et faire vivre

Ce furent de beaux témoignages partagés à La Puye ces 20 et 21 Mai pour la récollection laïcs-sœurs :

*  L'enseignement plein d'espérance du P. Armel, en ce temps Pascal.


* Le témoignage d'inculturation de Sr Marie-Bé en congé de sa terre de Mission, auprès des Karens méprisés en Thaïlande.

Témoignage de Sr Marie-Bé

 

* Le témoignage de proximité et de don de soi de Fouzilla qui travaille à l'unité de vie Maria Laura à La Puye.


 * Sans compter le pèlerinage à Molante, la grotte de la cancéreuse, St Phèle guidés par Sr Marie de Magdala. Riches de cela, de la vie partagée et des temps de célébration ensemble, nous sommes repartis vers nos missions, le cœur habité de l'Évangile et des Actes des Apôtres à continuer à écrire aujourd'hui avec foi, espérance, avec Marie, ND du « OUI ».

Bonne route à chacun.

Témoignage de Fouzilla  (Lors de la récollection « laïcs et de sœurs »)

J'ai été confrontée très tôt aux problèmes de vieillissement et de dépendance car, comme vous le savez, au Maroc plusieurs générations vivent sous le même toit.

Au début, la présence des sœurs m'a permis de trouver cette empathie qui existe de façon innée au Maroc, et qui ne peut exister qu'en respectant l'autre et surtout la personne âgée.

Au cours de 6 ans passés en soins, où l'équipe avait et a encore une charge de travail importante, mon investissement ne me satisfaisait pas ; et quand un projet de construction d'une UVP (Unité de Vie Protégée) a vu le jour, j'ai déposé ma candidature.

Au sein de l'UVP, le personnel soignant a un rapport plus étroit avec les intervenants pluridisciplinaires : médecins, psychologue, psychomotricienne, infirmiers, intervenants pour des ateliers d'animations, kyné...ce qui permet une prise en charge globale du Résident et de sa famille. Tous ces points font que pour moi, la relation humaine prend tout son sens. Donc cela me permet d'être disponible le plus possible : d'être à l'écoute, de prendre le temps, d'observer pour répondre à leurs demandes répétitives, et donc d'exercer mon rôle de façon plus adaptée, plus professionnelle.

Et partager au quotidien la vie de 16 résidents, créer des relations attachantes et humaines comme on peut le vivre au sein d'une famille : on donne, on reçoit, on connaît des moments difficiles et des moments de joie.

Et au sein des divers ateliers : cuisine, chants, esthétique, activité motrice, sorties, promenade, ateliers mémoire, dans une ambiance conviviale pour le faire ensemble et partager ce moment ensemble.

C'est très touchant de constater que des personnes souffrant de la maladie d'Alzheimer, arrivent à retrouver le sourire, une certaine autonomie, à restaurer la relation avec l'autre. Mais ce qui est difficile dans cette maladie, c'est de vivre leur agressivité, leurs oublis...Le monde qui les entoure n'existe plus, le soignant et leur famille également...

Me ressourcer auprès de ma famille et de mes amis, le partage avec mes collègues, me donnent la force de rebondir...

Et comme a écrit sur son témoignage une de mes collègues qui est ma référente, je confirme : « Il y a énormément de partage, de complicité et d'amour qui circule à Maria Laura »

Je voulais vous raconter et partager avec vous une histoire vécue que je n'oublierai jamais. Je me souviendrai toujours d'une résidente avec laquelle j'ai partagé le souvenir d'un lien commun : TAZA, ma ville natale...On dit que le monde est petit...Un jour de fête d'anniversaires des résidents, alors que tout le monde s'amuse, une résidente m'appelle, me présente à une autre résidente âgée de 104 ans. Et à ma grande surprise, celle-ci me dit qu'elle a vécu au Maroc à TAZA. Cela était si surprenant que je lui dis : « Vous vous trompez, c'est Caza ».

Elle me reprend et me précise : « C'est bien TAZA avec un T ». La ville où je suis née !!! J'étais profondément émotionnée quand elle m'a dit :  « J'ai travaillé à l'hôpital de TAZA en 1920 ».

Pendant mes vacances au Maroc, je suis allée à l'hôpital de Taza avec mon mari pour lui prendre quelques photos, surtout celle de l'entrée, restée inchangée. A partir de là, une complicité s'est nouée entre nous et ces photos l'ont accompagnées jusqu'à son décés.

Je n'oublierai jamais cette charmante Dame avec qui j'ai rappelé une partie de sa jeunesse et qui était pour moi, un lien avec ma chère vie natale.

Le monde est grand, mais si petit à la fois comme je l'ai dit.

Nous ne choisissons pas d'exister ici ou là-bas. Il faut toujours vivre le respect de l'autre.

Et pour conclure, je vais vous lire un poème écrit avec 2 de mes collègues, lors de la formation :
Bientraitance.

 

Poème :

« Ajoutons la vie aux années »

Aujourd'hui, on a tous le choix
De vieillir avec nos droits
Sans douleurs, avec stupeur
De voir sa vie sans valeurs

Je ne voudrais pas être bousculé
Pour prendre mon petit déjeuner.
Ma toilette sans savonnette
Mon verre caché quand je suis assoiffé.

Mon appel au secours, sans retour.
Aujourd'hui, on a tous le droit
De vieillir dans le respect, je crois...
La maltraitance est derrière nous.

Pour un monde meilleur nouveau
Sans cris, sans pleurs et sans douleurs,
Soyons ensemble réunis
Pour améliorer cette fin de vie.

 

Rencontre du personnel des établissements scolaires
Jun 1, 2017

Visite de La Puye 16 et 17 mai 2017 : un temps proposé tout particulièrement au personnel des établissements du réseau. Cette année des enseignants étaient aussi présents parmi nous. Et c'est un groupe d'une quinzaine de personnes qui a marché sur les pas de Saint André-Hubert et de Sainte Jeanne-Élisabeth.

Ce fut, tout d'abord la découverte d'un lieu magnifique chargé d'histoire.

Des rencontres :

  1. les religieuses gardiennes et mémoire de leurs fondateurs.
  2. notre groupe venant de plusieurs établissements de la congrégation avec des fonctions différentes qui forment un pôle complet et une mission pleine.
  • Un lieu de ressourcement personnel.
  • Une pause dans nos vies.
  • Un temps pour découvrir ce qui a enraciné nos établissements dans le lieu où ils se situent et ce qui est commun à tous.

Cette pause nous a permis de situer nos établissements dans une histoire, dans un lieu source et de découvrir la vie des fondateurs (le Bon Père : André-Hubert Fournet ainsi que Jeanne-Élisabeth Bichier des Âges), leur apostolat dans leur époque.

Ce dernier rejoint celui d'aujourd'hui qui est le nôtre, dans l'accueil du plus petit, dans l'éducation pour tous, dans l'accueil des familles ainsi que dans le soin apporté aux malades (même si cela nous concerne moins, quoiqu’avec le bac pro ASSP!).

Cette maison de La Puye porte un message et nous envoie en mission.

A nous de la trouver pour devenir "des passeurs".


(Témoignage d'une participante)

 

 

 

Rencontre annuelle des Chefs d’établissement
Apr 12, 2017

Le 22, 23, 24 Mars, 2017


C'est La Puye qui nous accueillait cette année!
Peut-on choisir meilleur lieu pour creuser le thème souhaité par les Chefs d'établissement suite au travail fait l'an dernier :

« Avance au large du CHARISME ! »

Tout au long de ces 3 jours, ensemble, nous avons creusé, vécu ce à quoi le charisme nous appelle... Sœur Agnès nous a permis de rentrer dans son histoire, son actualité... Avec elle, nous avons pris conscience qu'un charisme, comme tout patrimoine, tombe en ruine si on ne l'entretient pas !

Or, d'un commun accord nous avons redit notre volonté de l'entretenir. Aujourd'hui, dans nos établissements, « enseigner » ne suffit pas, le « guérir » devient important : que de jeunes en souffrance !!!

Le pèlerinage vécu tout au long de la matinée du Vendredi nous a fait revenir au cœur du charisme, au cœur de notre mission. Unis au « OUI » des premières Sœurs il y a plus de 200 ans, nous avons renouvelé le « OUI » de notre baptême et sommes entrés dans la démarche Eucharistique.

A la « grotte de la cancéreuse », nous rappelant le geste de Jeanne Élisabeth, les paroles du prophète Osée retentirent tout particulièrement : « Revenez au Seigneur en lui présentant ces paroles : Enlève toutes les fautes, accepte ce qui est bon...nous t'offrons les paroles de nos lèvres... Voici la réponse du Seigneur : je les guérirai... je les aimerai d'un amour gratuit ! Os 14,3-4.

C'est à la lumière de ces paroles que nous avons pris la route vers le presbytère d'André-Hubert. Pauvres de cœur, nous avons monté l'escalier, déposé les poissons portant nos intentions, nos résolutions, nos souhaits pour nous-mêmes et nos communautés éducatives, déposé le tout sur la tables de la salle à manger du « Bon Père » où le pain nous attendait pour devenir pain Eucharistique : nourriture et force pour nos vies.

Nourris, réconfortés nous avons chanté de tout notre cœur :

« Avance au large, jette les filets... avance au large, n'aie pas peur !
Quand nous sommes perdus... prêts à l'abandon...
Invite-nous Seigneur à réveiller nos vies !
Quand nous sommes sans courage... sans élan de création...
Invite-nous Seigneur à tout recommencer !
Puisque nous avons cru en ta parole qui libère,
Invite-nous Seigneur à célébrer ton Nom ! »
Que St André-Hubert et Ste Jeanne Élisabeth, nos « relais » pour te rejoindre, intercèdent pour nous !

                                                            Pour des photos souvenir, cliquer ici ...

Sainte Jeanne Élisabeth, une femme engagée
Mar 10, 2017

Le mercredi 8 Mars 2017, lors de la journée de la Femme, le Collège Sainte Élisabeth de Paris, rend hommage à la Fondatrice de la Congrégation des Filles de la Croix.

Le courage, la dévotion et la responsabilité sont des attitudes qui sont soulignées.

Sur des panneaux préparés pour faire découvrir sa vie, nous retrouvons de belles phrases telles que :

" Elisabeth est d'un autre temps mais de par sa foi, son amour de l'autre, elle s'inscrit dans notre époque "

" L'esprit de Sainte Jeanne -Elisabeth est toujours bien vivant" ...

" Une femme en avance sur son temps"

" Regarder le monde, ses misères,soulager, servir"

 

Enseigner, Soigner, Éduquer... sont des mots qui, aujourd'hui,
continuent à donner sens à la vie des Laïcs et Soeurs...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Groupes "CHARISME"
Feb 16, 2017

C'est dans la joie des retrouvailles que les groupes "Charisme" Sud France", de Bigorre, du Béarn et de Midi Pyrénées, se sont retrouvés de 10h à 16H30, ce samedi 19 Novembre à Igon. Sœur Marie Aimée et Sœur Jeannette, nous accueillent pour un temps de prière, pour la présentation du dernier chapitre général et l'élection de nos sœurs en responsabilité dans la congrégation.

Milou clôturera la matinée en présentant les 5 laïcs (2 Italiens, 3 Français) qui pour la première fois ont participé au chapitre » moment grandiose ...de partage, de fraîcheur et d'espérance.

Prise de conscience générale de l'importance et de la réalité de la famille "Filles de la Croix ". 

Des expressions, des mots, des découvertes, qui ouvrent le cœur et l'esprit ...entendus ou vécus, ici ou là pendant ce chapitre :

  • Osons la profondeur en intériorité, là où Jésus enseigne et guérit.
  • Offrons des oasis comme source d'intériorité et de beauté, de silence, de décélération, d'hospitalité, et de célébration.
  • Franchissons à tous âges, la porte de sortie de soi pour accueillir la différence et servir. Descendons du balcon.
  • Risquons les périphéries.
  • Et Maria Laura dans l'élan de son être : « Entre pour prier, sors pour aimer ».
                                                                            « On ne craint rien quand on aime » André Hubert.

Trois axes ont été retenus pour notre réflexion pour 2016 – 2017 :

  1. Jetons les filets de la rencontre
  2. Jetons les filets du charisme
  3. Jetons les filets de la communication, en partageant avec tous, communautés, établissements scolaires, E.H.P.A.D, Groupes....

Après un délicieux repas préparé par la maison d'Igon, c'est Sœur Bernadette qui nous fait partager " Esprit et Vie ", Constitutions des Filles de la Croix :

« Le but de la congrégation est de représenter
La vie de Notre Seigneur, et la simplicité de l'évangile. Appel :
à contempler le Père qui nous a donné son fils,
à suivre le Christ qui a donné sa vie pour nous,
à accueillir l'Esprit qui est source de vie nouvelle,
à prendre notre part dans la construction de l'Église... »

Enfin le soin est laissé à Sœur Henriette pour nous faire partager l'Évangile de ce dimanche 20 Novembre et de caler les dates de nos prochaines rencontres.

Emile Franco (Milou)

Écologie « Laudato Si »
Feb 12, 2017

Divers intervenants ont animé cette session, à Lourdes, regroupant une soixantaine de sœurs dont nos sœurs du conseil général.

Le Père Bertrand CHEVALLIER, à partir du psaume 104, nous a fait entrer dans la contemplation de la miséricorde de Dieu, un Dieu créateur toujours à l'oeuvre, un Dieu maître du monde, un Dieu maître de l'histoire, un Dieu insufflant la vie aux plantes, aux animaux, aux hommes, un Dieu suscitant chez l'homme le désir de participer à cette œuvre créatrice.

Mr Benoît GUILLARD nous a partagé son parcours de vie.
A partir de sa formation initiale d'agronome, dans l'exercice de sa profession, il est passé du « produire toujours plus », à la prise de conscience de la richesse de la terre, de la richesse de l'homme. Il a changé de cap, amorcé une conversion vers un retour à l'essentiel.

La rencontre de fragilités, dans son milieu de vie et de travail l'a conforté dans son engagement auprès des plus fragiles et aujourd'hui, son travail est d'accompagner des personnes, en situation de handicap, vers un métier.

Sa conviction : Il y a, devant nous, un monde meilleur possible.

L'encyclique « Laudato SI' » donne des pistes pour imaginer un nouveau monde, pour le construire: se dépouiller, se donner à l'autre, être ensemble, chercher ensemble, agir ensemble.

Le film « DEMAIN », Une enquête, menée dans 10 pays, met en lumière des hommes et des femmes qui prennent conscience des conséquences du non respect de la terre, du non respect de la vie des hommes.
Ils font des recherches, agissent, pour éviter une catastrophe écologique.
L'équipe a rencontré des pionniers qui réinventent l'agriculture, l'énergie, l'économie, la démocratie, et l'éducation. Ils commencent à voir émerger ce qui pourrait être le monde de demain.

« LAUDATO SI O MI SIGNORE ». Célébration préparée par une équipe de Filles de la Croix.
« Au commencement, le souffle de Dieu planait sur les eaux.
Dieu créa la lumière, l'eau, le ciel, la terre, la mer, l'herbe, les arbres, le soleil, la lune, les étoiles, les oiseaux, les poissons, les animaux, l'homme.
Dieu vit que cela était bon. » (Genèse 1)

La nature est belle, la nature est riche. Chacune de nous a été invitée à sortir pour contempler la nature, pour réaliser une « création » à partir d'éléments trouvés dehors.

Ces diverses compositions ont été déposées à la chapelle, dans le choeur, au début de la célébration.
« Tu as aimé, Seigneur, cette terre !

N'est-ce pas toi qui reviendras nous faire vivre et qui seras la joie de ton peuple ? » (Psaume 84)

Dans un très beau geste, Adèle a posé sur sa tête une jarre d'eau, l'a portée et,a laissé couler l'eau dans un grand bac.

Chacune s'est avancée pour toucher cette eau, don de Dieu.

Puis, quelques images d'une nature abîmée ont été projetées, accompagnées de paroles du Pape François.

Dans un moment de silence, chacune était invitée à décider d'une action à vivre pour entrer un peu plus dans ce courant de protection de la maison commune.

 

 

Nouvelles du Conseil de Tutelle et des établissements scolaires
Jan 23, 2017

 

 

Bonne Année 2017 !

A l'occasion de cette nouvelle année qui commence,
le Conseil de Tutelle vous partage ses voeux
et vous partage les nouvelles des établissements de l'hexagone.

Vous pouvez cliquer ici pour lire le bulletin