1

France Retournez voir toutes les régions

Un temps en Argentine
Jan 14, 2020

« Quelle est ta Bonne Nouvelle ? » Être là…ce n’est rien et c’est tout !

Cette question nous a été posée lors de la rencontre de la vie religieuse, fin novembre. Être là, sans rien attendre ou comprendre, sans rien vouloir ou saisir. Être présente, être avec ! Le temps de Noël, c’est le temps du silence habité, présence du Père qui offre.

Lors de cette journée, j’ai fait l’expérience de « partir en mission » dans les rues, pour parler de Dieu. J’ai été surprise de l’attente des gens qui venaient à notre rencontre pour demander une bénédiction, pour toucher la statuette de Marie ou écrire une intention de prière.

Être là, c’est : Partager un bout de vie avec mes sœurs, leurs missions ou leurs questions. Croiser le chemin de quelques argentins en ce temps de changement politique. Entrer avec l’Église d’Argentine dans une année mariale pour fêter le 5e centenaire de la 1ere messe et les 400 ans de l’arrivée de l’image de la Vierge dans la province de Catamarca.

« Ce moment présent est toujours plein de trésors infinis » J.P. de Caussade

À Boulogne, je suis restée avec Blanca et Karina, pratiquement les 2 mois. En accompagnant Karina dans ses cours, j’ai vu des étudiants qui avaient soif de simplicité et de vérité. Le témoignage sur la Thaïlande, ma vocation ou ma vie a rejoint leurs propres défis. Lors d’un Week end, j’ai senti la soif et la souffrance d’une jeunesse ; leurs forces et leurs blessures. Les sœurs sont là, avec eux.

À la Plata, elles s’y rendent régulièrement pour accompagner l’équipe éducative dans les moments forts (Confirmation, rencontre de laïcs, accompagnement de jeunes…).

Au barrio (bidonville) de Boulogne, j’ai compris peu à peu, le travail minutieux, humble et profond des sœurs. Blanca rejoint 3 fois par semaine ces hommes et ces femmes pris dans la drogue, la fragilité d’une vie familiale, la violence. Elles y sont aimées et respectées. Après 9 ans de présence, des laïcs sont en place et continueront l’œuvre des sœurs. Le 27 novembre, fête de la médaille miraculeuse et nom de la petite chapelle du barrio ; l’Évêque a présidé la messe, célébrée dans la rue. 17 laïcs sont envoyés pour continuer cette œuvre, présence d’Église dans ce lieu oublié des grands.

J’ai passé une semaine dans les 2 communautés de Zárate. D’abord avec Carmen et Gaby, où j’ai eu la joie de témoigner dans notre école. Plusieurs de nos sœurs y ont travaillées. Gaby continue de faire le lien. Me retrouver devant des petits de 4-6 ans pour accueillir leur chanson ! 

J’ai aussi témoigné de l’Asie devant une centaine de jeunes et être témoin de leur travail d’année.

Ce qui m’a touché, fut le groupe de 50 adultes qui étudiaient, après leur travail, afin de devenir des professionnels de l’éducation ou de la santé. Notre école leur permet une mise à niveau sans avoir besoin d’aller à la capitale. Le témoignage de la Thaïlande et les défis de la vie religieuse aujourd’hui, rejoint leur propre combat. L’échange fut très riche ! Je suis restée quelques jours avec Ana Ester, Isabelle et Delia. Nous avons eu une rencontre avec un groupe de laïcs, et avons visité un bidonville avec Isabelle.

Le projet volontariat international en alliance (VIA)

Le but de mon séjour était aussi de rejoindre l’équipe de rédaction de ce projet. Elle est constituée par les Srs Cristina et Alicia (Servantes de Marie), Rafaëla et Silvina (ND de la Compassion, qui ont l’expérience d’un volontariat depuis 4 ans) et Karina. Les sœurs du Sauveur de la Sainte Vierge ne sont pas en Amérique latine. Les sœurs ont travaillé pendant 1 an. Temps riche de connaissance et enrichissement mutuel. Un projet d’une quinzaine de pages a été réalisé, dont voici les principaux points :

Les objectifs : Proposer un espace de mission pour des personnes qui cherchent à vivre la solidarité et construire une société plus juste. Apporter un appui aux organisations locales, une aide sociale pour des populations plus vulnérables.

Les conditions nécessaires et les engagements entre volontaire et VIA : (administrative, santé, financière, humaine…) avec un accord mutuel

Le déroulement est en 3 phases : - Avant le séjour (Connaissance du volontaire, préparation, formations par Skype et réelles…) - Pendant : accompagnement, suivi… - Après : Évaluation, relecture, une suite avec une des congrégations de l’alliance ?...

Ce projet a été envoyé aux Conseils Généraux et mi-novembre, au nom des 4 instituts, Sr Hélène, Supérieure Générale de ND de la Compassion avec Sr Carmen son assistante, nous ont fait part de leur réponse.

À partir de là, nous nous sommes retrouvées 2 weekends en décembre, pour réaliser des outils de travail pour le fonctionnement du projet : Page web, itinéraire de formation, grilles d’évaluation, d’accompagnement, dossier administratif et une feuille de route pour les pas à faire, avant de lancer le volontariat.

Une équipe de coordination sera nommée l’an prochain et prendra la suite de l’équipe de rédaction.

Ce fut une bonne expérience, où j’ai eu la joie de contribuer à ce projet de volontariat. Projet que j’ai à cœur, avec l’expérience de la Thaïlande. Joie aussi et encore plus grande, de ce que nous vivons en alliance, qui m’invite à la confiance : voir plus loin, au-delà de nos réalités, petites, simples et pauvres.

Visites et détente :

Quartier CaminitoTerre Sainte - parc à thème religieuxLes derniers jours, nous avons visité quelques lieux importants, de la capitale, tels que la Cathédrale, qui était l’église du Cardinal Jorge Mario Bergoglio, avant d’être nommé Pape, les rues typiques du quartier de Caminito et même la Terre Sainte, le 1er parc à thème religieux, unique au monde !

 La PlataBasilique de LujanÀ La Plata, nous avons été à la République des enfants, un village pour les enfants et les grands !

Les 2 mois passés avec les sœurs d’Argentine, ont été un temps riche, temps qui m’a renvoyé à celui passé en Italie, pour connaitre chacune des sœurs, leur mission et leurs défis. Que font les sœurs ? Rien et tout ! Dans notre monde d'aujourd'hui, et comme au temps de Ste Jeanne Élisabeth, Nous sommes « une poignée de sœurs », proches des petits et des pauvres d'aujourd'hui !

MERCI à chacune et bonne année 2020, riche en évènements !

« Dieu est l'extraordinaire dans l'ordinaire de la vie, car l'ordinaire c'est nous… Ce qui est extraordinaire, c'est que Dieu nous aime tels que nous sommes » Mgr Rouet

Les 200 ans ? ... à Mantes la Jolie !
Jan 13, 2020

Ils étaient 10, 20, 40, 60, 100… venus les uns après les autres avec leurs amis et leurs parents pour cet anniversaire des 25 ans d’existence de cette association de quartier ÉVEIL’MAT’INS qui porte bien son nom !

« Éveille-toi au matin de tes jeunes années pour construire ta personnalité et devenir un acteur de la société ! »

C’est là qu’un jeune s’est levé de l’assemblée en fête pour dire haut et fort à ces enfants et ces jeunes : « Profitez bien de ce que l’on vous apprend à Éveil’Mat’Ins, participez au maximum, vous allez vous en sortir des situations difficiles, dégradantes de nos quartiers. Suivez les conseils de vos parents et de vos éducateurs. J’ai fait le même parcours que vous. J’ai commencé tout jeune à apprendre à lire, à vivre avec les autres, à faire des efforts pour suivre le bon chemin dans ce quartier du Val Fourré. Aujourd’hui, je suis à Bac + 5 grâce à tous ceux et celles qui m’ont aidé. Alors, regardez, c’est possible pour vous ! »

Un cri ! Un appel ! Une invitation !

Dans la salle, tous les regards sont tournés vers lui, chacun stupéfait de ce témoignage ! Oui, c’est possible !  Ils, elles, s’en sortent !

Les parents étaient là, et les amis, les femmes et les hommes, acteurs de la fête, les unes en cuisine pour des plats bien fournis, salés et sucrés, les autres en musiciens professionnels de Djembé, d’autres encore en animation de numéros de cirque, de danses, de chants !

 25 ans d’Éveil’Mat’Ins, créé par les sœurs Filles de la Croix en partenariat avec l’Établissement Notre Dame de Mantes la Jolie et les acteurs sociaux du quartier Val Fourré.

25 ans d’histoire et d’engagements au service de l’éducation dans un quartier classé difficile.

25 ans où les nouvelles générations offrent à leurs enfants ce lieu de croissance, de socialisation, d’éducation…

Une grande famille se construit avec les anciens qui prennent la responsabilité du Centre et qui viennent en bénévole apporter leur contribution.

« Éveil’Mat’Ins m’a permis d’être en Terminale et j’envisage d’entrer en Sciences Po !  Je suis là aujourd’hui pour remercier, participer, être avec tous pour apporter ma pierre ! »

 Et pourtant ! Ce n’est pas Éveil’Mat’Ins que l’on fête aujourd’hui !

Mais bien les 200 ans de la première communauté des Filles de la Croix à Mantes la Jolie !

Le quartier, la paroisse, les personnes, font un lien incontournable : « 200 ans de la présence de Filles de la Croix, c’est Éveil’Mat’Ins ici !.... Alors faisons la fête avec les Filles de la Croix ! » 

Un 3ème anniversaire ouvre dans le même temps une Semaine de manifestations avec les communautés des peuples interculturels du quartier….

L’anniversaire des 50 ans de la création de la paroisse St Jean Baptiste du Val Fourré !

La Fête continue….L’Église rassemble !.... La Vie circule !....  Dieu est présent !!!

Jubilé d'or des Soeurs
Nov 19, 2019

En Congrégation : 1969 – 2019
Jubilé d'or des Sœurs :
Anna Maria Pedroni, Conchi Asensio, Anne-Marie Iroz, Bernadette Chicotte

Pour les sœurs fêtant dans l'année leur Jubilé d'or : Invitation du Conseil Général à un temps de réflexion, de prière, de partage et de vie dans une communauté de leur choix. 

Anne-Marie Iroz, Conchi Asensio, Bernadette ChicotteAnna Maria Pedroni,

C'est dans cette perspective que nous, Sœurs Anna Maria Pedroni d'Italie, Conchi Asensio d'Espagne, Anne-Marie Iroz et Bernadette Chicotte de France, avons reçu l'invitation à ces temps forts.

Sœurs Anne-Marie Iroz, Bernadette Chicotte et Conchi Asensio avons, en outre, reçu de Sœur Susana et du Conseil Général la proposition de vivre cette semaine en Italie avec Sœur Anna Maria Pedroni qui ne peut se déplacer à cause de son état de santé. Nous, Anne-Marie et Bernadette, avons répondu à la proposition qui nous avait été faite, Sœur Conchi n'ayant pu se libérer...

À notre arrivée à Rome, nous avons été accueillies à l'aéroport par Sœur Diana qui nous a conduites à la communauté « Accoglienza ». Sœur Anna Maria et toutes les sœurs nous ont réservé un bel et chaleureux « Benvenuta ». Nous étions déjà de la communauté. Les billets d'avion pris, nous voilà engagées pour une très belle aventure qui ne pouvait nous apporter que joie et vie au cœur de la communauté de Rome.

Durant cette semaine nous avons pris le temps de la prière personnelle et communautaire, le temps de nous accueillir mutuellement toutes les trois à travers des partages journaliers.

Nous avons préparé la formule de renouvellement que nous voulions prononcer à la célébration eucharistique qui réunirait les trois communautés de Rome.

Eucharistie

Après les tables de la Parole et de l'Eucharistie présidées par un Père Bétharramite, nous nous sommes dirigées vers la table du repas festif et fraternel :

Échange des cadeaux dont une Vierge à l'Enfant, sculptée en Côte d'Ivoire, commune aux quatre sœurs jubilaires, qui fut suivi de l'apéritif et du repas finement préparés sur une table bien dressée !

En famille de Filles de la Croix, joie, partages et chants donnaient tout son éclat à la fête.

Durant ce séjour, nous avons été en pèlerinage, au Sanctuaire Marial de « La Vierge du Divin Amour », patronne de la ville de Rome ...

Vierge

Les jours suivants, nous étions invitées à découvrir la communauté de Ponte di Nona dont la mission est dans un nouveau quartier populaire où peu à peu la communauté chrétienne s'organise et, la communauté de Betania qui a une toute autre mission au service de la maison régionale et de la paroisse.

Tous ces évènements, nous les avons vécus ensemble, toutes les trois, avec nos sœurs de Rome. Quelle joie pour nous toutes !

Ce fut une semaine de vie en « famille congrégation », un temps d'action de grâce, un moment de vie reçue et donnée, une plongée en « communauté congrégation »...

A notre retour, nous avons eu la grande joie de rencontrer Sr Conchi, à Irun, la quatrième de notre groupe : temps d'un court partage sur nos rencontres et sur la joie partagée avec Sr Anna Maria et sa communauté.

Communauté de Roma

Riches de ce vécu, avec chacune des Jubilaires et les communautés d'accueil, nous avons préparé nos fêtes Jubilaires à Rome, en Espagne, à Ustaritz et à Igon.

 

 

   

NoCommunauté de Romeus sommes dans l'action de grâce pour ces célébrations, avec les sœurs et nos familles.

Nous pouvons conclure par ces mots :

Joie en famille congrégation,

Joie avec nos familles et amis,

Action de grâce pour le don de l'appel.

 

Brigitte en Côte d’Ivoire
Jul 3, 2019

Rencontre des laïcs à BonieréComment suis-je arrivée pour une dizaine de jours en communauté chez les Filles de la Croix en Côte d'Ivoire ?

Depuis 20 ans, je les côtoie en France. J'ai connu, je connais comme tous, des moments de souffrance. Je me sens soutenue. Elles m'aident à aller vers le Christ, vers la joie.

Dans notre « Groupe Charisme ». Sœur Marie de Madgala nous parlait souvent des autres « Groupe Charisme » à l'étranger. Me vint l'idée de demander d'aller en Afrique chez les Filles de La Croix...

Ma demande : passer ce temps avec les sœurs. Une sorte de retraite, un temps de recueillement de ressourcement.

Destination : Côte d'Ivoire. Après mon arrivée à Abidjan, j'allais à Korhogo et Bonieré . J'y ai découvert des sœurs de plusieurs générations françaises ou africaines. Toutes avec la ferveur de donner, partager, d'accompagner les plus pauvres à la façon de Sainte Jeanne-Élisabeth et Saint André-Hubert. J'ai été touchée par la grande pauvreté, la grande misère, les handicaps de ce pays. Pendant des années, le travail, le recueillement, la prière des sœurs ont contribué à mettre en place des œuvres importantes pour répondre à toutes ces problématiques avec efficacité et toujours une grande humilité.

A Bonieré , j'ai eu la grande joie de rencontrer le « Groupe Charisme ». Ils m'ont accueillie solennellement. Chacun a exprimé la raison de sa présence dans le groupe. Leur histoire était émouvante car ils ont tous connu de grandes souffrances. Dans le silence et l'humilité, les sœurs les ont soutenus et apportés du réconfort sans jamais rien rechercher... Ils ont une reconnaissance indéfectible... Une personne musulmane s'est même convertie à la religion catholique touchée par leur action et la vie chrétienne.

Dans notre groupe, nous disons régulièrement ressentir que nous faisons partie de la « Famille des Filles de la Croix ». Ce sentiment d'appartenance m'a été révélée encore plus fort et pour tous grâce à la disponibilité, la grande simplicité et l'humilité des sœurs.

Je rends Grâce à DIEU pour ce magnifique cadeau.