Filles de la croix Espagne

Un nouveau Marsyllis au 21e si├Ęcle
May 4, 2021

Il y 224 ans depuis que, en 1797, nos fondateurs Sainte Jeanne-Élisabeth et Saint André-Hubert se sont rencontrés dans la grange des Marsyllis. C’était une époque troublée, une époque de persécution, de recherches des profondes racines de la foi, d’embrasser la Croix, symbole de la Vie. C'était un temps de ténèbres où la Lumière a jailli, dans les résurrections constantes qui sont évidentes tout au long de l’Histoire.

224 ans plus tard, la rencontre dans le Marsyllis continue à nous interpeller de manière directe : la valeur de l'humilité, une attitude proactive pour la rencontre, le chemin de la convergence, chercher et recevoir la Nourriture pour être nourriture pour les autres, en bref, l'image des Marsyllis nous invite aujourd'hui à revenir à l'important, à l'essentiel, au noyau, à la source : se rencontrer pour rencontrer Celui qui est et sera toujours "le Chemin, la Vérité et la Vie".

Cette grange et ce qui s'y est passé peuvent nous enseigner et nous guérir aujourd'hui.

Aujourd’hui nous bâtissons, vivons, en savourant un nouveau Marsyllis, à la lumière de l’Évangile et du Charisme : la rencontre et la convergence de la vocation religieuse et la vocation laïque dans la Famille Filles de la Croix, une réalité toujours en construction qui insuffle joie et espérance et qui exige d'avoir les yeux, les bras, l'esprit et le cœur grands ouverts pour être dociles à l'Esprit Saint.

Encore, je me souviens d’un certain dimanche du printemps 2017 quand j’ai reçu l’appel de la Supérieure Générale, Susana Felice, m’invitant à participer à une nouvelle équipe de travail : le Comité International Laïques-Sœurs (CILS). J’avais aucun doute, et j’ai répondu avec conviction : « SÍ » Bientôt la Supérieur Provinciale, Asun Arbonies (qu’elle repose en paix), m’invitait à une célébration d’envoie avec les soeurs d'Egiluze, maison régionale. En communauté, sœurs et laïques. Laïques et sœurs. (« Pour qu’ils ne fassent qu’un, » Jean 17, 22). Une nouvelle étape, un temps d’espérance! Mettons-nous au travail !

La première rencontre en présentiel (face à face) du CILS a eu lieu en juillet 2017, dans la communauté du collège de la Rue de Sèvres à Paris. Ici j’ai rencontré les membres de notre équipe : Florence Davost (FR), Pietro Biavaschi (IT) et Sœur Marie-Paul Dossat. Nous avons été accompagnés par le Conseil général et accueillis, avec simplicité et affection, par les sœurs de la communauté.

À cette première rencontre nous avons établi notre ‘Feuille de route’ et la voie à suivre pour la construction de la Famille Filles de la Croix. Cette rencontre signifiait aussi un nouveau Marsyllis ! En 2018 nous avons eu une rencontre à Paris, et en 2019 à Chiavenna.

La vision de notre équipe était fixée sur l’assemblée Laïques-Sœurs, qui devait avoir lieu à La Puye l’été de 2020, avec l’objectif de travailler un Livre de Vie. Cependant, la pandémie du coronavirus a changé tous les projets : un temps nouveau, sombre, qui aussi nous offre l’occasion de gagner du temps, renforcer et approfondir le travail à travers plusieurs rencontres télématiques, en vue de l'Assemblée qui, si la situation le permet, aura lieu en aout 2021. Un temps d’adaptation. Passage des difficultés aux opportunités.

De 2017 à aujourd’hui, et à l’invitation de CILS, plusieurs groupes laïques et sœurs, avons réfléchi, médité, approfondi et découvert ce qui nous unis : l’Évangile et le Charisme de nos fondateurs. L’Évangile et le Charisme créent des liens et des ponts au sein des groupes et des communautés, mais aussi entre pays et même entre États et vocations (religieuses et laïques). Des cœurs individuels qui forment un seul Grand Cœur.

Au cours des années 2017-2018 nous avons concentré sur LA PRIÈRE : qu’est-ce que c’est, comment c’est, elle nous aide comment, elle nous appel à quoi? En quoi et comment la prière de Jésus nous enseigne et nous guérit? En quoi et comment nous enseignent et nous guérissent les prières de Saint André-Hubert et Sainte Jeanne-Élisabeth ? Quelle forme et quel poids ont nos prières quotidiennes ?

Durant le parcours suivant, 2018-2019, nous avons eu l’occasion de découvrir que c’est une FAMILLE SPIRITUELLE à partir de la vocation personnelle de chacun d’entre nous. Pourquoi désirons-nous bâtir une famille spirituelle? Quelles caractéristiques devra-t-elle avoir? Qu’est-ce qui nous unis? À quoi nous appel Jésus de façon individuelle et en tant que Famille?

Le troisième thème sur lequel nous avons travaillé, en 2019-2020 fut celui de la MISSION : Que nous enseigne Jésus de sa mission? Quel exemple nous a donné la mission réalisée par sœur Maria Laura? Quelle est notre mission personnelle? Quelle est la mission de la Famille Filles de la Croix?

En même temps, nous avons eu l’opportunité de réfléchir, de façon individuelle, sur notre RÉPONSE PERSONNELLE à ce projet de vie : Comment ai-je voulu appartenir à la Famille Filles de la Croix? De quoi aurais-je besoin pour vivre cette appartenance? Qu’est-ce qui m’aiderait à la vivre?

Ce chemin nous le marchons tous, ensemble, surmontant les distances, les cultures, les langues, la pandémie… En confinement complet, l’équipe du CILS avons travaillé plusieurs documents reçus, et avons constaté la profondeur des contributions, des réflexions et des sentiments; comme une soif de continuer à cheminer ensemble. Union dans la diversité! Une grande joie! Maintenant les groupes et les communautés avons l’occasion et le cadeau de pouvoir travailler, savourer, réfléchir sur le document de travail remis aux déléguées des différents pays.

En 1707 ou en 2021, en temps sombre, brille la Lumière comme au Marsyllis.

En ce temps de pandémie, où la rencontre, l’union, la relation et la proximité sont tellement diminuées, nous pouvons dire clairement et à haute voix :

La Famille Filles de la Croix vie un nouveau Marsyllis!

Lander Ugartemendia